top of page
  • Photo du rédacteur.

Corée du Nord / Ma visite à Pyongyang. Par Kim Jung-hee. Episode 2



La première impression que j’ai eue de Pyongyang est celle d’une ville moderne, plutôt calme, paisible et surtout propre, très propre en comparaison avec Séoul. On y rencontre très peu de voitures. Le trafic y est donc très fluide et les bouchons quasi inexistants. Très peu de feux tricolores aussi. Les gens vont à pied ou roulent en vélo. Les habitants nettoient eux-mêmes les trottoirs, à tour de rôle. Les jardins publics sont bien agencés avec des pelouses bien vertes et bien tondues, sans herbes sauvages.


Au centre de Pyongyang, les bâtiments en granite sont souvent des bâtiments officiels couleur gris clair, avec des lignes droites, carrées et austères, tous construits après la guerre de Corée (1950-53). Au cours de cette guerre, les Américains avaient utilisé les stratégies de « precision bombing » ou carpet bombing (융단폭격). En volant dans le ciel de Corée du nord, l’aviation US a utilisé des armes non-conventionnelles telles que des explosifs, des bombes incendiaires et du napalm et détruit presque toutes les villes et villages du pays, dont environ 85 pour cent des bâtiments.


Naturellement, les Américains sont fiers d’avoir gagné la guerre en détruisant toute la Corée du nord. Mais peut-on réellement parler de victoire lorsque le vaincu est un petit pays naissant dont la destruction sauvage a accentué la pauvreté? C’est LA grande question qu’il convient de se poser. La guerre continue encore parce que les Américains ne veulent pas signer de pacte de paix avec la Corée du nord. Ils n’envisagent pas non plus – à l’heure actuelle - de demander pardon pour tant de pertes humaines (20% de la population nord-coréenne) et matérielles. Ils ne sont rongés par aucun sentiment de culpabilité à l’égard d’une population qu’ils ont massacrée et d’un pays qu’ils ont ruiné. (voir USAF General Curtis LeMay- north Korea bombing)

Mais c’est dans l’adversité que naît le vrai courage. Les Nord-coréens ont recommencé la construction de leur pays en partant de Zéro! Villes et villages sont remis debout, temples et sites historiques épargnés dans les montagnes ont rouvert leurs portes: tout le pays a pu renaître de ses cendres grâce à la volonté d’un peuple marqué par les stigmates d’une guerre inégale.


Les nouveaux bâtiments récemment construits à Pyongyang le sont avec beaucoup d'imagination et truffés de symboles, comme des volants de badminton, des lames de patin à glace, des vagues ou des formes géométriques toutes de rondeurs, courbées ou élancées vers le ciel. Malheureusement, l’hôtel Ryukyong, de forme conique, n’est pas encore fini à l’intérieur, conséquence des sanctions qu’on a imposées au pays.




Science et Technologie (과학기술전당) constituent un bel exemple architectural de la nouvelle façade du nouveau complexe scientifique, un bâtiment récent fait de verre et d’acier. Fonctionnant entièrement à l’énergie solaire, cet ensemble immobilier a été construit en un an par les soldats-bâtisseurs nord-coréens, en 2015.

Le complexe SCI-Tech a la forme d’un atome. Il est situé au Suk-som, au beau milieu de la Taedong River, à l’ouest de Pyongyang. Devant ce beau bâtiment, il y a une belle sculpture en forme de stylo à plume, dressée au milieu d’une fontaine. Cela symbolise la technologie et la science que les Nord-coréens respectent et chérissent. On voit partout les slogans de respect des sciences et des ressources humaines.


Dans ce complexe, toute l’information digitalisée est disponible en consultation gratuite pour les étudiants. Les plus petits peuvent venir jouer et aiguiser leur curiosité avec des expérimentations scientifiques. On peut y voir aussi des collégiens et des lycéens installés devant des écrans d’ordinateur, regarder des dessins animés en anglais pour apprendre la langue de Shakespeare. Notre guide nous explique que de plus en plus de Nord-coréens se sont mis à apprendre l’anglais. Tous les cours d’anglais sont saturés d’étudiants. Les Nord-coréens se préparent assidûment pour communiquer avec le monde extérieur. Dans le réseau, il y a plus de 3000 terminaux connectés aux intranets. Dans le hall central, est installé un modèle de missile Unha 3 qui monte verticalement jusqu'au plafond en verre. Le Unha-3 a permis d’envoyer le satellite Kwangmyŏng Sung 3 sur orbite, en 2012. Le satellite Kwangmyŏng Sung est toujours en service, mais la Corée du nord va devoir renouveler ce satellite vieillissant.



Une arche de la Réunification - de son nom officiel: Monument à la Charte des Trois-Principes pour la Réunification nationale (조국통일3대헌장 기념탑) - a été érigée au sud-ouest de Pyongyang. Elle mesure 30 m de hauteur et 61,5 m de largeur, et symbolise la déclaration du 15 juin 2000 pour l’indépendance, l’ unification pacifique et la grande unité nationale. Deux jumelles coréennes sont représentées en habit traditionnel, l’une sud-coréenne et l’autre nord-coréenne (한복). Elles tiennent la charte en forme de disc-globe, avec au centre un dessin de la péninsule coréenne.


La guide sud-coréenne qui m’accompagnait m'a dit qu’il n’y avait pas de distinction entre le sud et le nord. « Nous sommes un peuple », disait-elle. Les Nord-coréens sont prêts à ne pas différencier ou faire de la ségrégation entre le sud et le nord, alors que certains Sud-coréens pensent que les Nord-coréens sont inférieurs parce qu’ils sont pauvres. Sous l’arche, passe la route qui mène à Kaesong, appelée la route du Jeune héros, (청년영웅도로) avec 12 voies.


A côté de cette arche, sur un grand panneau en granite, une inscription de Kim Il Sung: «Pour la réunification, tout le monde, Nord-coréens comme Sud-coréens, y compris les expatriés, doivent s’activer indépendamment de l’idéologie, de l’opinion politique ou de la religion». Je sens dans l’inscription qu’il y a comme un appel urgent à la mobilisation pour l’unification. Mais hélas le temps passe et depuis 1953, nous sommes toujours divisés et acrimonieux. Surtout, l’éducation sud-coréenne incite souvent à la haine des Nord-coréens, présentés comme des ennemis jurés dans les lois sur la sécurité nationale sud-coréenne. En lisant cette inscription sur le granite, je suis submergé d’émotion, de tristesse et de peine.


Pourquoi est-ce que notre peuple est divisé et pourquoi la division dure-t-elle aussi longtemps ? Pourquoi sommes-nous incapables de nous unifier? Je pousse un cri de désespoir à l’idée que nous sommes peut-être entourés de faux amis qui ne souhaitent pas que notre peuple s’unifie. Les géopoliticiens des grandes puissances sont tellement cruels qu’ils nous empêchent de faire un pas en avant vers l’unification. Quel est le destin de notre peuple ? Il est facile de dire que nous avons une histoire vieille de 5000 ans, mais combien de temps notre séparation va-t-elle encore durer? Allons-nous vivre une histoire de paix commune pour un avenir commun ? Mes questions restent sans réponse.



Notre guide a organisé une visite au Théâtre Moranbong où l’orchestre symphonique national interprète quelques œuvres classiques. Le théâtre Moranbong est situé sur le flanc de la colline Moran, bien caché dans les bois. Dans ce bâtiment est en granite blanc, nous avons écouté des compositions de création nord-coréenne et européenne, comme la Patrie brillante, ou la Marche Hongroise ainsi qu’une sélection de musiques classiques entraînantes, passionnées et lumineuses, et d’autres œuvres authentiques coréennes plus douces, avec des instruments traditionnels coréens (꽹과리, 태평소).


Le théâtre Morabong est un remarquable patrimoine, construit en 1946 tout de suite après la libération de la cruelle occupation coloniale japonaise. Les Coréens avaient alors été piétinés, opprimés et exploités par les Japonais pendant plus de trente-cinq ans. L’histoire de l’occupation impériale japonaise n'a pas encore vraiment pris fin car les Japonais refusent d’admettre leurs actes criminels contre l'Humanité durant cette période. C’est dans ce bâtiment que Kim Il Sung a été élu président du parti ouvrier en 1948.


La musique joue un rôle très important dans la vie des Nord-coréens. Ils adorent chanter, jouer des instruments musicaux et danser. Autour de Moranbong, on peut assez facilement voir des groupes de gens danser à l’intérieur ou bien autour des pavillons historiques.

Tous les Nord-coréens sont assurés - après de bons et loyaux services comme ouvrier, soldats, professeurs ou simples employés - d’avoir une vie de retraités douce et paisible. L'État assure le système de santé, l’habitation et la retraite pour tous ses citoyens. Peut-être que, matériellement parlant, il n’y a pas vraiment abondance ni gaspillage, mais je sens ces gens heureux d'être réunis avec leurs enfants et petits-enfants. Les dirigeants du pays assurent la défense nationale de la population pour que plus jamais elle ne devienne esclave d’un autre agresseur.


Prochain épisode: Promenade à Kumgan San

Par Junghee Kim, activiste en faveur de la paix entre la Corée du nord et la Corée du sud

Site internet : onepeacefulkorea.org

Email : jhlavorel@gmail.com







237 vues0 commentaire

Comentários


bottom of page