top of page
  • Photo du rédacteur.

Craiova et Târgu-Jiu, la ville natale de Brancusi, nous ont accueillis en amis retrouvés.


Adjoint au maire, Gabriel Coica (à gauche) et Maire, Marcel Laurent Romanescu de Târgu-Jiu Um Tai-jung (à droite)


Après deux jours passés aux ateliers de l'Université nationale d'art où Brancusi a appris la sculpture,

le 22 octobre nous avons visité le Musée d'Art de Craiova, où sont conservées les sculptures de Brancusi. D'énormes poutres en bois provenant de l'atelier de Brancusi et décorant le mur avant de la salle ont attiré mon attention. Comment Brancusi pouvait-il travailler des pièces aussi grosses et lourdes ?

Diana Draghici, chanteuse roumaine chargée des relations internationales pour l'association EAE, nous a présenté les pratiques des danseurs venus de toute l'Europe et les activités du Centre.


Craiova est le chef-lieu de la région d'Olténie, dans le sud-ouest de la Roumanie, et compte environ 300 000 habitants. iInstallé dans les sous-sols de l'arrière-cour du Musée d'Art par le Conseil Départemental de Dolje, le Centre International Constantin Brâncusi était sa « deuxième maison » comme l'artiste lui-même l'a reconnu. Le Musée est un monument historique situé dans l'ancien palais privé de la famille Jean Mihail. Construit en 1907, il expose les sculptures de Brancusi d'après les dessins de l'architecte français Paul Gottereau.



« La Cuve »,

installée dans la cour avant, inscrit la sculpture emblématique « Pasărea Măiastră » (Maître Oiseau) à l'intérieur d'un « œuf » géant appelé Ovoïde, ensemble de verre d'environ 12 mètres de haut et pesant plus de 120 tonnes. L’utilisation du verre est un élément visionnaire de l’architecte Dorin Řtefan qui rend hommage à l'artiste en créant « un espace de paix et de contemplation dans le monde artistique idéaliste de Brancusi ».


Brancusi, quoiqu’installé à Paris dès 1904, est régulièrement revenu chercher l'inspiration dans sa ville natale de Târgu-Jiu.

Elle était son refuge dès l'enfance, lui qui à plusieurs reprises s'était enfui de sa maison de campagne à Hobita pour y aller à pied, et qui a passé toute son adolescence dans cette ville.

C'est en observant le vol des oiseaux au-dessus des vastes plaines et des collines alentour qu'il a créé sa série 'Oiseau' de 29 pièces, et « L'Oiseau dans l'espace », image mystique d'un oiseau s'élevant à l'infini et se sublimant dans le ciel.

Lorsque Um recherche Târgu-Jiu l'esprit artistique de Brancusi est rechargé.

L'artiste Um, dont la ville natale est Mungyeong, Gyeongsangbuk-do de Corée, a vécu au Japon avec ses parents pendant la Seconde Guerre mondiale, puis les a suivis à Gwangju à l'âge de 8 ans. Mais chaque année pendant les vacances, il retournait à Mungyeong, une ville minière où vivaient ses proches.


Tôt le matin du 23 octobre, lui et moi nous rendons à l'hôtel de ville de Târgu-Jiu pour un rendez-vous impromptu.

Tout comme le souhait d'Um d'être un sculpteur qui a vécu toute sa vie dans le respect de Brancusi, le mantra qui a régi son âme artistique, l'esprit de recherche de Milarepa dans les montagnes tibétaines que Brancusi a poursuivi, la ville natale de Brancusi, Trâgu-Jiu est si précieux pour Um.

Le souhait d'Um était de faire un pèlerinage aux œuvres de Brancusi, parmi lesquels les Trois Monuments Ensemble de Târgu-Jiu (la Colonne Infinie, la Porte du Baiser, la Table du Silence). Pour les habitants, un tel souhait est aussi beau et précieux que l'art sculptural de Brancusi. À la mairie, nous avons montré à une jeune femme une lettre qu'Um avait adressée à l'ancien maire de Trâgu-Jiu (Dr Ing Florin Carciumaru) il y a huit ans pour le remercier. Lors de ce quatrième pèlerinage, qui pourrait être son dernier, Um tenait à exprimer sa gratitude à celui qui a réalisé l'achèvement des 'Trois Monuments Ensemble' de Brancusi .


Le maire et l'adjoint au maire (Marcel Laurent Romanescu / Gabriel Coica) ont organisé pour nous une réunion impromptue avec les responsables du Centre Brancusi à Trâgu-Jiu : M. Adrian Dan Bandea et Mme Staicu Adriana Laura. Une grande photo de Brancusi couvrant tout un mur de la salle de l'hôtel de ville suggère qu'il est l'objectif principal et le leader tacite de l'industrie de cette ville.


---------------------------------------------

Dr. Ing Florin Carciumaru

Cher maire,

Né en 1938, je suis citoyen de la République de Corée et sculpteur moderne. En tant que membre de l'Académie nationale des arts de Corée, j'ai toute ma vie suivi les enseignements et l'esprit artistique de Burancusi, le père de la sculpture moderne. En 1998, j'ai ressenti ma première visite en Roumanie, à Târgu-Jiu et dans sa maison natale du village de Hobita comme un pèlerinage. À cette époque, 'La Colonne Infinie' était en constante réparation. Quel dommage. 16 ans après, deuxième visite : du 22 au 26 décembre 2014. Je découvris alors d'autres aspects de Brancusi à Târgu-Jiu : la Colonne Infinie, the Kissing Gate et la Table du Silence.

Voir ces trois monuments enfin réunis, dans un environnement bien organisé, et la 'Colonne Infinie' restaurée m'a fortement impressionné. 'La Colonne Infinie', que je n'avais jusque-là vue qu'en photos, a été un choc formidable, comme un fantasme.

Je suis profondément reconnaissant à la ville de Târgu-Jiu de nous avoir permis de voir les sculptures de Brancusi librement et à tout moment pendant plusieurs jours. J'ai pu visiter à deux reprises la maison natale de Brancusi et le monastère de Kismana, surnommé l’Étoile de l’Orthodoxie, et qui est l’un des plus beaux monastères de Roumanie.

En tant qu'amoureux de Brancusi, j'ai pu ressentir l'intemporalité de ses sculptures. Je félicite la ville de Trâgu-Jiu pour avoir créé le parc Brancusi, que tout le monde peut visiter, et je remercie le maire pour ses efforts visant à préserver ce grand patrimoine culturel pour toute l'humanité.

En tant que visiteur étranger, j'ai été impressionné par le haut niveau culturel de la Roumanie et par l'humanisme chaleureux de son peuple. J'ai pu ressentir le grand potentiel et la puissance du brillant avenir de la Roumanie.

Bonne année, je vous souhaite que l'année prochaine soit pleine de bonheurs.

Samedi 3 janvier 2015.

Um Tai-jung

---------------------------------------------


Adriana du Centre Brancusi et la directrice du Musée d'Art de Trâgu-Jiu (Mme Denisa Suta) nous ont accompagnés dans notre visite du musée. Puis à la « Porte du Baiser », et aux sculptures disséminées dans le parc, et enfin sur une petite île en face du parc où étaient exposées les sculptures des participants au Symposium International Brancusi organisé chaque année par la mairie. Adriana nous a ensuite guidés au magasin du centre-ville où Brancusi travaillait lorsqu'il était enfant et vers les bâtiments où il vivait.



La Colonne infinie est un des 'Trois Monuments Ensemble' disposés sur une ligne droite de 1300 mètres orientée de l'ouest vers l'est là où le soleil se lève, au cœur de Târgu Jiu. Cet « axe du monde » fait écho aux 2 kilomètres des Champs-Élysées, qui s'étendent de l'Arc de Triomphe (Porte du Baiser) au pyramidion (Colonne infinie) de la place de la Concorde. Un autre lien avec Paris où Brancusi s’était installé en 1904.

Cet Ensemble de Trâgu-Jiu est considéré comme l’une des grandes œuvres de sculpture d'extérieur du XXe siècle. Le monument de la Colonne infinie a été financé par les fonds caritatifs collectés par la Ligue nationale des femmes de Gorj en mémoire des soldats qui ont défendu Trâgu-Jiu en 1916. Constantin Brancusi vivait alors à Paris, mais se réjouissait de l'opportunité de créer une sculpture commémorative à grande échelle dans son pays d'origine. Il accepta la commission en 1935 mais refusa de recevoir quelque rémunération que ce soit. « Travailler comme un esclave, commander comme un roi, créer comme un dieu » est une phrase qui montre son esprit du sculpteur.





La 'Porte du baiser' fait penser à un arc de triomphe symbolisant la victoire de la vie sur la mort. Devant elle, les jeunes mariés, leurs familles et amis font la queue pour se prendre en photos, et des jeunes femmes vêtues de jolis vêtements traditionnels roumains les suivent. Un enfant déguste un cornet de glace en se promenant, et des fashionistas portant des écouteurs passent en imitant des mannequins. Des retraités qui font une pause promènent leurs chiens et des enfants chassent les oiseaux. La « Porte du baiser » a été sculptée dans de la pierre poreuse extraite d'une carrière voisine et mesure 6,45 m de large, 5,13 m de haut et 1,69 m d'épaisseur. Selon la 'World Record Academy', il s'agit du plus grand monument au baiser au monde. Sur la face de chaque colonne se trouve le symbole du baiser, deux demi-cercles caractéristiques de l'œuvre de Brancusi.

Ensuite, nous avons visité la maison de campagne d'Hobita où est né Brancusi, puis le monastère de Hurezu où se trouve un village Hurezu de poterie traditionnelle.


Sœur Monahia Macrina nous a invités à dîner au monastère d'Hurezu lors du pèlerinage du chercheur.



Le monastère historique de Hurezu, situé sur une colline basse mesurant environ deux hectares, est une attraction bien entretenue inscrite au patrimoine culturel de l'UNESCO. Lors de son pèlerinage à la recherche d'un monde de méditation tranquille, Um s'est rendu à la solennelle cathédrale avec un sentiment de révérence. Les fresques surchargées d'icônes médiévales colorées qui décorent entièrement la façade de l'entrée de la cathédrale sont étonnants.


La région d'Olténie, qui comprend les comtés de Vâlcea, Gorj, Dolj, Olt et Mehedinţi, dispose de précieux patrimoines culturels et religieux, avec des biens matériels et spirituels dans plus de cent établissements monastiques orthodoxes. Les immenses fresques intérieures du monastère de Hurezi représentent des scènes de l'Ancien et du Nouveau Testament, à l'exception du narthex où se voient immortalisées les deux familles les plus influentes de Roumanie, les Brancoveanu et les Cantacuzino. .



Le nom du monastère a ensuite été donné au village de poterie voisin : Hurezu. Il vient du mot roumain « huhurezi », un type d'oiseau nocturne coloré. Il existe aussi une légende qui associe le nom du monastère aux Turcs, lesquels constituaient l'une des plus grandes menaces à l'époque. Selon la légende, le monastère n'a été construit que la nuit car c'était une époque où les "huhurezi" chantaient et craignaient une éventuelle invasion turque.

Dans un premier temps, le Monastère d'Hurezu accueillait des moines. Parce qu'ils étaient aptes à défendre le monastère contre l'invasion. Aujourd’hui la situation est différente : les monastères n’acceptent que des religieuses qui sont aussi artisanes. Elles pratiquent la peinture (notamment les icônes), la sculpture, la broderie et le tissage tout en perpétuant les traditions locales. Le monastère de Hurezu est un lieu où la culture locale est préservée et où les religieuses sont des artisanes des traditions locales. C'est peut-être la raison pour laquelle plus de 70 000 voyageurs visitent le monastère chaque année et sont impressionnés par les œuvres d'art créées entre les murs de cette église. Le monastère est un lieu de pèlerinage et la plupart des pèlerins viennent ici pour célébrer la sainte Pâque.


Sœur Monahia Macrina, qui vit dans un monastère depuis plus de vingt ans et a appris la sculpture, a lancé une invitation personnelle au sculpteur Um qu'elle avait rencontré pour la première fois à dîner ce jour-là. La salle à manger réservée aux religieuses possède d'immenses fresques aux plafonds et murs qui montrent la dignité solennelle de la vie monastique et semblent vous conduire au digne monde céleste. Une sœur assistante prépara soigneusement de la soupe et du fromage faits maison, et pendant que nous dînions, sœur Macrina nous présenta le catalogue de son professeur de sculpture au moyen de quelques mots d'anglais et à grand renfort de gestes. Um, ému par l'invitation inhabituelle à dîner dans le réfectoire des religieuses, a quitté le couvent en priant avec gratitude.


Onomad-Hommage à Brancusi-
.pdf
Download PDF • 1.02MB

494 vues0 commentaire
bottom of page