top of page
  • Photo du rédacteur.

« ETUDIER EN COREE » Un succès à la 1ère Foire en France

Dernière mise à jour : 15 janv. 2021

à la Maison de Corée, Cité universitaire.



«Les jeunes français vont sur Internet et apprennent tout seuls les premiers rudiments de vocabulaire et de grammaire. Ils mémorisent des phrases coréennes en faisant glisser verticalement leur doigt sur les Manhwa, Webtoon sur Smartphone ».

A la suite du Baccalauréat de langue coréenne, 7 universités de la région parisienne donnent des cours de coréen, et le nombre des écoles et associations offrant des cours de coréen est en nette progression en France.

L'Europe était considérée jusqu’à présent comme un lieu d'étude pour les étudiants coréens, mais l'ère des étudiants européens venant en Corée est arrivée !

La Foire « Étudier à l'étranger » a été organisée dans 18 villes de 15 pays et la première édition d’Europe est ouverte à Paris. L'Institut national pour l'éducation internationale, sous la tutelle du Ministère de l'éducation, a organisé, le 23 et le 24 novembre dernier une foire « Etudier en Corée », en collaboration avec l'Institut coréen d'éducation en France, au pavillon coréen, Cité universitaire.


Song Sei-kyung, directeur de l'Institut coréen de l'éducation française en France, a déclaré : «C'était mon premier concours, donc j'étais inquiet de participer. Je suis très satisfait car c'est un endroit qui m’a permis de confirmer l'intérêt des étudiants français, accompagnés de leurs parents, pour les études en Corée. »

Chang-won Chung, Institut coréen de l'éducation française en France

«En France, il y a 6 000 étudiants coréens aujourd’hui. Mais en Corée, il n'y a que 1 000 étudiants français. Afin de résoudre ce déséquilibre entre les deux pays, lors d'une première exposition organisée «Etudier en Corée», nous avons confirmé la vive intention de nombreux étudiants français d'aller étudier en Corée. L'exposition initiale a été annulée en raison de mesures de sécurité prises après les attentats de 2015, et reportée pour 2019 ».

présence de l'ambassadeur coréen


L’engouement pour cette langue est l’une des conséquences de la «vague coréenne» ou Hallyu, une politique de promotion culturelle, économique et diplomatique encouragée par le Pays du matin calme depuis le début des années 2000. Après avoir touché l’Asie, elle est arrivée en Europe et aux Etats-Unis en 2011. Une association française créée en 2009 organise notamment des ateliers de calligraphie, taekwondo, samulnori, projection de films, manhwa et autres conférences.


Essor de la langue coréenne en France.


Les effectifs des sections de coréen ont doublé dans certaines universités et lycées attirant des étudiants passionnés par les séries des DRAMA et les Webtoon, les bandes dessinées numériques de Corée. L’ouverture du Nouveau Centre Culturel Coréen ajoute plus d’opportunités pour prendre des cours de coréen.


Selon le professeur retraité, Jine-Mieung LI, "Hangul est un alphabet coréen et la langue coréenne est le coréen. Il ne faut pas avoir une confusion". On compterait plusieurs milliers étudiants de coréen en France, une progression impressionnante.

L’attrait est maximal depuis 2010 à l’Institut national des langues et civilisation orientales (INALCO), qui propose le cursus le plus complet en France mais qui est obligé de refuser de nombreux étudiants, qui se tournent vers d’autres organisations et associations coréennes par manque de places. (Figaro étudiant 03.2013)


L’attrait du pays, en plein essor économique, joue beaucoup dans leur motivation. Aux universités Bordeaux-III, et La Rochelle, les effectifs ont augmenté consécutivement depuis 2003 et ce phénomène est impressionnant les années suivantes.


L’AFELACC (Association Française des Enseignants de Langue et Culture Coréennes) est une association régie par la loi du 1er juillet 1901, créée par son assemblée générale constituante du 13 juin 2009, en présence de 15 membres fondateurs. Elle a pour objet de promouvoir l’enseignement de la langue et de la culture coréennes en France, et à cet effet, de développer des actions de coopération éducative et culturelle auprès des établissements scolaires français.

L’assemblée a élu M. Li Jine-Mieung, professeur à l’Université Lyon 3, président ; Mme Kim Bona, maître de conférences à l’Université Bordeaux 3, vice-présidente, Mme Bouriane Lee, secrétaire générale, Mme Lee Hyun-Ok, trésorière, Mme Choe-Chabal Eun-sook, maître de conférences à l’Université du Havre et Mme Moon Kyu-young, lectrice de coréen à l’Université de Rouen, conseillères.

Le travail de promotion de la langue et la culture coréennes en France se poursuit notamment par Mme Choi Jung-rye, successeur de M. Kim Cha-jin, depuis l’automne 2009, et par Mme Bouriane Lee, secrétaire générale de l’Afelacc, cheville ouvrière de l’association.

La mission principale de l’Afelacc est de servir d’intermédiaire entre les ministères français et coréen de l’Education nationale, qui accordent les subventions, d’une part, et les établissements de l’enseignement secondaire (collèges et lycées) d’autre part qui accueillent les ateliers de langue et culture coréennes. Pour ce faire, l’Afelacc gère l’ensemble des ateliers sur l’ensemble du territoire français : il s’agit de contacter les académies et les établissements afin de mettre en place l’atelier, de rechercher les intervenants et les animateurs et de gérer le financement. Il existe des ateliers de calligraphie, taekwondo, samulnori, projection de films, manhwa, cérémonie du thé, conférences sur des sujets variés (économie, histoire, géographie, arts, littérature), etc.


Il existe aussi un accès ouvert pour pratiquer le coréen à l’Espace Coréen, au Kremlin-Bicêtre et dans les 20 églises évangéliques des coréens à Paris.

Une association, HanMaeHyup, a acquis, en 2018, un Espace Coréen de 153m2, appelé «Maison de Hangeul», à la sortie du métro Kremlin-Bicêtre, par le financement pendant 15 ans de 1.500 donateurs-ressortissants coréens de France, afin de dispenser des enseignements de langue et culture coréennes, le samedi.


La Corée est un royaume de Chrétiens protestants et Paris est le berceau du Christianisme pour explorer l’Afrique et les pays d’islam. Chaque dimanche, se réunissent majoritairement les jeunes coréens (étudiants arrivant de Corée et 2ème génération de France) dans une vingtaine d’églises coréennes de la région parisienne. Les portes sont ouvertes à tout le monde, tous les dimanches et certains soirs pour les jeunes, et l’accueil est chaleureux. Le repas de communion est absolument offert gratuitement et tous chantent en danses K-POP, les serments et prières, en bilingue français-coréen, pour que les jeunes français(es) puissent approfondir leur coréen. Sinon, le nombre de restaurants coréens

augmente chaque mois, déjà 120 à Paris où les jeunes peuvent s’habituer au monde coréen tout en travaillant.


Les exposants « Etudier en Corée » de 1ère Foire 23-24 novembre 2019

Avec la vague coréenne HALLYU, de plus en plus d'étudiants veulent étudier en Corée. L'objectif de l'organisation est d'attirer activement les étudiants français à participer dans les départements internationaux des universités de sciences et technologies et des universités à environnement éducatif international.

Neuf universités, dont l'Université Yonsei, l'Université Ewha Womans et l'Université nationale de Pusan, ont été invitées à attirer des étudiants internationaux.


D’après un exposant : « J'ai été surpris qu'il y ait plus d'étudiants de qualité en France que dans les autres pays. Souvent les visiteurs ont déjà voyagé et étudié la base de la langue en parlant coréen. Et encore, plusieurs parmi eux ont déjà programmé d’aller étudier en Corée et nous avons eu une discussion plus détaillée et approfondie sur ce sujet.»


Ainsi, de nombreux étudiants d’écoles de langue comme l’INALCO ou expérimentés PVT ou autres ont déjà visité les universités sur place lors de leurs voyages en Corée… et encore, un grand nombre est intéressé par la prestation des programmes, la culture et l'histoire…

De nombreux étudiants ont visité la salle de conférence pour des consultations, et les stands des universités populaires étaient prises d’assaut.

Un petit groupe arrivant de Dijon me dit : « j'ai rencontré la culture de la vague coréenne et d'autres membres du club, et je suis intéressé de me renseigner auprès des universités de Corée ».

Bourse internationale de Corée

Le gouvernement de Corée offre de nombreux programmes de bourse

www.niied.go.kr / www.studyinkorea.go.kr E-mail : kgspniied@korea.kr












Présence de 9 universités :


Université Yonsei, Séoul www.yonsei.ac.kr gsis@yonsei.ac.kr


Université de Hanyang, Séoul http://study.hanyang.ac.kr - intladms@hanyang.ac.kr


Université des femmes d'Ewha, Séoul http://ehwa.ac.kr - goabroad@ewha.ac.kr


Université Soongsil, Séoul www.study.ssu.ac.kr

iphak@ssu.ac.kr (admission au 1er cycle), grad@ssu.ac.kr (admission en 2ème ou 3ème sycle)


Université nationale de Pusan

www.pusan.ac.kr/eng www.facebook.com/pnuinternational - iadmission@pusan.ac.kr


Institut des sciences et technologies de Daegu-Gyeongbuk

www.dgist.ac.kr/iadm/ - admission@dgist.ac.kr


Université de Dong-eui, Busan

www.deu.ac.kr - exchange@deu.ac.kr


Pour les ateliers coréens en France www.educorée.fr / www.afelacc.org

21 vues0 commentaire

Comments