top of page
  • Photo du rédacteur.

La Guerre 6.25 de Corée : 'Crèvecœur' publié en 1955,par Jacques Dupont



article 6.25 - Webzine l7 Juillet 4p
.pdf
Télécharger PDF • 549KB

Je ne peux pas trouver d'informations indiquant s'il a été produit après la guerre ou édité et publié après la guerre. C'était vers 1955, lorsque le bataillon français était encore stationné en Corée, il s'agit donc peut-être d'un film réalisé par des soldats français travaillant à l'époque, pas par des acteurs professionnels, mais comme il s'agit d'un film documentaire, il est difficile de prédire si la bataille réelle a été filmée, mais il peut être considéré comme un film documentaire.


Quand je vois ce genre de choses, je pense beaucoup que je ne devrais plus jamais laisser une telle situation sans réagir. En plus, récemment, le gouvernement bloque intentionnellement l'anticommunisme, notamment interdire l’envoi des ballons de tracts à cause d’une loi visant à ouvrir le dialogue avec le nord. La décision de rendre le chimpanzé illégal (3 ans de prison) par la loi. Cette interdiction par la loi est surprenante alors que les communistes extrêmistes du Nord sont libres de parler avec les micros sur les boulevards de Séoul mais les Coréens du Sud sont calmes sans aucun moyen d’informer les Coréens du Nord.



Le titre du film est Crèvecœur, qui signifie Heartbreak en anglais, et 단장(斷腸) en coréen, qui signifie la douleur comme si les intestins allaient éclater. Il fait référence à la bataille de la crête du chef. La crête du commandant est le nom de l'une des collines du front central où la 2e division américaine s'est battue avec les forces communistes chinoises au prix de grands sacrifices pendant la guerre de Corée avec le soutien du bataillon français subordonné et des marines américains. Un sous-lieutenant arrive dans le bataillon français (le bataillon hollandais fait également partie de la 2e division américaine) sous la 2e division de l'infanterie américaine et est immédiatement mis en opération pour reprendre la crête du commandant. Si vous regardez ce film, vous pouvez voir en détail comment l'armée française a mené la bataille pour l'occupation des hauts plateaux pendant la guerre de Corée.


Lorsque vous dites que vous occupez une colline, vous pouvez simplement tirer avec de l'artillerie et charger avec l'infanterie, mais en fait, il y a beaucoup de choses à préparer, à considérer, etc. Le film le montre très bien, et l'appui-feu direct de l'équipe sans reculer sur la colline opposée à capturer est également très bon. Le coût de production, qui était le même que dans le film coréen "Gojijeon"(bataille des hautes terres), a été comparé au coût de production complètement différent. Ce n'est pas parce qu'il s'agit d'une attaque d'occupation des hautes terres qu'un grand nombre de troupes sont envoyées pour le faire avancer. L'ennemi est bien couvert par des abris ouverts et non protégés, et grimper puis attaquer une rampe sur laquelle il est difficile de marcher est dû au fait à ce que l'ennemi regarde tout ce qui bouge d'en haut, donc je ne peux pas m'échapper à moins de devoir me sacrifier.


En fait, aux yeux d'un vétéran qui a de l'expérience dans les combats de guérilla en montagne et les unités de reconnaissance occupant des hauteurs, l’entraînement au combat des hautes montagnes de ‘commando en précoce’ a mené et commandé des assauts en hauteur à plusieurs reprises, mais n'a jamais survécu.

L'attaque initiale avec des chars a également échoué et il y a eu peu de victimes, mais ils se sont retirés sans attaquer en force. La raison en est que même si vous fournissez un soutien en puissance de feu dès le début, si vous êtes exposé à l'ennemi et forcez une attaque, cela ne fera qu'augmenter les sacrifices et n'aura aucun effet.

À la fin, une équipe de commandos est envoyée dans la vallée pour se retrouver derrière les défenses ennemies et attaquer les hauts plateaux. Vous pouvez voir la bataille avec une sensation plus réaliste, différente de celle de Fok Chak Hill. Les premières lunettes de vision nocturne (infrarouge de première génération) sont également apparues brièvement pendant les combats de défense nocturne, et la mitraillette Thomson à poignée verticale M1928 est apparue, pas la mitraillette M1A1 Thomson, probablement du bataillon français. Thomson a rarement été payé aux forces de l'ONU pendant la guerre de Corée, et la plupart d'entre eux ont été capturés par l'armée communiste chinoise de l'armée du Kuomintang, mais il n'y a aucun moyen de confirmer s'ils ont été apportés de France ou capturés par les forces chinoises pendant la Guerre de Corée. (par K. Yung 'Ô')



244 vues0 commentaire

Comments


bottom of page