top of page
  • Photo du rédacteur.

Le centre civique Seoul Plaza à Baik Ki-wan sous la distanciation sociale le 19 février

Dernière mise à jour : 26 mars 2021


«Nonamegi» est un mot coréen authentique qui signifie «travaillons ensemble et vivons bien ensemble».


Baik Ki-wan, directeur de l'Institut d'études de réunification, est décédé à l'âge de 89 ans le 15 février dernier. Né à Hwanghae-do, en Corée du Nord en janvier 1933, Baik s'est consacré au peuple coréen, aux mouvements éthniques et démocratiques dans la péninsule depuis les années 1950.



Le contexte derrière la naissance du mot «jaeya»

C'était le 17 août 2017. Le corps principal de la conférence de presse était «les gens qui s'inquiètent pour le monde». «En 1962, des jeunes sont venus et ont posé des questions sur l'idéologie de Jang Joon-ha . Que voudrais-je te dire? 'Joya' est une personne qui va et vient autour du pouvoir, mais ces personnes n'ont pas de relation de pouvoir, alors que va signifier 'Jaeya' en tant que personne qui va et vient sur le terrain? "Quand nous appelons des gens comme Jang Joon-ha et Ham Seok-heon, nous les appelons 'Jaeya'. C'est une histoire de gens qui crient sur le terrain et combattent la corruption. Cela s'appelle 'Jaeya', depuis au moins 70 ans.


Des gens se sont rassemblés ici. Des gens qui n'ont rien à voir avec le pouvoir et qui luttent contre la corruption sur le terrain. Que vont-ils faire? Je ne tiendrai pas qu'une conférence de presse à l'avenir, je ferai sortir la Présidente Park Geun-hye de la Maison Bleue avec une bougie. (Par Jung Yong-in, Kyunghyang)


Cependant, Baik Ki-wan n'est pas resté seulement au stade du 'Jaeya'. En janvier 1963, il forma le «Free Massive Party», un parti d'opposition représentant six groupes et il prit la présidence du comité de préparation du parti fondateur.

Telles sont les paroles de Lee Boo-young, 79 ans, représentant permanent du Forum démocratique pour la paix et le bien-être.

«Baik n'allait vraiment pas à l'école, mais il participait constamment aux tâches de l'époque et vivait comme ça. La plupart des gens ordinaires sont diplômés de telle université, sortis de tel lycée. Après avoir terminé leurs études, ils sont devenus professeurs d'université ou journalistes. Baik était encore plus profondément angoissé que les autres parce qu'il était complètement confronté à son propre corps. Il écrivait des textes lyriques, parlait si bien qu'il était sans égal. Cependant, c'était une personne qui tenait des discours progressistes, pas de ceux qui faisaient l’apologie de l'extrême gauche et qui l’auraient fait passer pour un 'espion du Nord', mais ils s’y rapprochaient progressivement dans la pratique d’une réalité qui se faisait de plus en plus amère ...

Le représentant Lee a déclaré: "Depuis la démission du régime de Park Geun-Hye, Baik a continué de participer aux manifestations aux chandelles, même lorsqu’il faisait très froid alors que sa santé s'était détériorée."

L'histoire moderne dont a été témoin Baik a également été désastreuse. À la fin de la période coloniale japonaise éclate la guerre de Corée. Les mêmes groupes ethniques étaient divisés en nord et sud et pointaient des armes à feu les uns sur les autres. Après la guerre, le régime militaire a englouti le pays. Le canon du pistolet qui visait l'ennemi s'est tournée vers les concitoyens. La mort innocente a suivi.


Baik a résisté. De tout son corps, il a affronté le système de restauration et le régime militaire. Il a payé un lourd tribut. Le 26 octobre 1979, le jour où l'arme de Kim Jae-gyu a percé la poitrine de Park Jung-hee, Baik a été emmené au commandement de la haute sécurité pour avoir violé la loi martiale. Il a été frappé derrière la tête par un pistolet et pendu au plafond, la tête en bas. À sa capture, son corps pesait 82 kg. Lorsqu'il a été finalement relâché, il ne faisait que 38 kg.




Il n'a pas succombé aux tortures cruelles. Durant sa détention, Baek murmurait au plafond et aux murs de sa cellule. Il en est sorti un recueil de poésie: “Vœux d'espoir”, dans lequel on trouve 'Moebbi nari'. La chanson “Marche pour lui parti”, qui emprunte une partie de ce poème, résonne encore partout aujourd’hui.


Original de la chanson "Marche Pour Lui Parti"

(créé en mai 1982 en mémoire de 5.18 Gwangju)

"Sans amour, sans honneur, sans nom / Un serment passionné de marcher pour toute une vie / Les camarades n'ont pas de place et seulement des drapeaux flottants / Ne soyons pas ébranlés jusqu'à ce que le nouveau jour arrive / Même si le temps passe, nous connaissons la montagne et le ruisseau / Le cri brûlant du réveil / Marche devant, les vivants suivent"

Le monde démocratique était également cruel. Le couteau du fusil est transformé en capital, mais la structure dans laquelle l'homme écrase et opprime l'homme comme des esclaves n'a pas changé. De nombreux travailleurs ont été expulsés de leur lieu de travail suite à des licenciements injustes ou bien sont morts sous des efforts surhumains.


À cette époque, Baik faisait également preuve d'une force particulière. En 2011, lorsque le bus Hope contre les licenciements abusifs à grande échelle de Hanjin Heavy Industries se dirigeait vers Busan, Baik était devenu le porte-drapeau du peuple lorsqu'il a escaladé le mur de l'usine de Busan sur lequel il a poussé le cri du lion :

"Le propriétaire de l'économie n'est pas un capital monopoliste, mais les ouvriers''.


* * *

Le centre d'encens civique Seoul Plaza organisé par le comité funéraire de Baik Ki-wan était en conflit avec la ville de Séoul.

La cortège a été escortée par la police, qui a rassemblé environ 1 000 personnes. La police a contrôlé certaines voies pour la procession et a déclaré: “Dans la loi sur les rassemblements et les manifestations, les règles existantes sur l’interdiction de rassemblement de 10 personnes ou plus ne sont pas appliquées aux cérémonies funéraires. Comme l'événement rituel n'est pas un rassemblement, il n'est donc pas soumis à l'interdiction des rassemblements de 10 personnes ou plus, mais cela signifie que l'interdiction des rassemblements de 100 personnes ou plus, qui est une règle de distanciation sociale, doit être respectée.









13 vues0 commentaire
bottom of page