top of page
  • Photo du rédacteur.

Les adeptes de JMS sont souvent la 2ème génération familiale : On voulait « m'offrir » au fondateur.

Dernière mise à jour : 25 avr. 2023


'In the Name of God : a Holly Betrayal' (Au nom de Dieu : une sainte trahison), un documentaire de Netflix sur les crimes odieux commis par des chefs de secte coréens JMS, secoue l'industrie du divertissement du pays.


On voulait « m'offrir » au fondateur JMS. exprime Nathalie Luca, une éthnologue chez un messie coréen. auteure de 'Le Salut par le Foot',


Nathalie Luca arrive à Séoul le mai 1990, passe plus de quatre ans en Corée. La jeune fille MS qui l'avait rencontré la première fois voulait à tout prix réussir sa conversion, afin d'accroître son rôle et ses responsabilités dans l'Eglise. La conversion du personnel féminin « important » de l'Eglise de la Providence (Secte JMS) se termine par un entretien particulier avec le Messie, dans sa chambre : c'est en s'offrant à lui que les nouvelles recrues lui prouvent leur dévotion. Mais Nathalie a eu la chance de rentrer en France. Trois jours après l'émition Netflix, la jeune fille MS s'est révélée Jung Jo-eun, 2ème personne de la secte JMS appelée 'Eomi, mère de 10 millions croyants JMS'

La docu-série de huit épisodes réalisée par Jo Seong-hyeon révèlent les méfaits criminels de quatre groupes hérétiques-religieux ― Jesus Morning Star (JMS), Five Oceans, The Baby Garden et God of Manmin ― et leurs dirigeants. Parmi eux, Jung Myung-seok de JMS, qui a purgé une peine de 10 ans de prison après avoir été reconnu coupable d'avoir agressé sexuellement plusieurs adeptes, fait actuellement face à un autre procès pour les mêmes accusations. Jung aurait commis 17 fois des violences sexuelles contre deux adeptes après avoir été libéré de prison en 2018.

Nathalie Luca analyse ce phénomène de la foi 'malade' de Corée:

Contrôle des cerveaux par des gourous et leurs séides, influences occultes, impérialisme culturel masqué et empires financiers souterrains : le seul mot de « secte » éveille des images négatives qui appellent à la surveillance, voire à la répression. Non sans fondements, ce schéma n’en a pas moins quelque chose de convenu, et de stérile si l’on s’épargne toute réflexion un peu plus poussée. Ces choix à la fois politiques et culturels fonctionnent à leur tour comme un remarquable révélateur des peurs, des fragilités mais aussi des modalités d’adaptation des nations à la mondialisation. Le cas français, analysé en détail, présente sous les assurances de la certitude rationaliste et laïque de nombreux symptômes d’une profonde crise identitaire. Ce n’est pas le moindre des mérites de cet ouvrage que de nous aider à mieux la cerner....

Les révélations choquantes du documentaire ont suscité la colère du public, incitant certains utilisateurs en ligne à retrouver des personnes liées aux églises cultes controversées en partageant une liste d'entreprises qui leur sont affiliées.

Ils ont rapidement découvert sur la liste le nom d'un café de la province du Gyeongsang du Nord, qui était dirigé par les parents de Kyoungyoon, membre du groupe de garçons K-pop DKZ.


Kyungyoon, membre du groupe de garçons K-pop DKZ


La société de gestion du jeune homme de 23 ans, Dongyo Entertainment, a publié un communiqué, affirmant que ses parents avaient fermé le café. "Kyoungyoon pensait que ses parents faisaient partie d'une église normale, avant de tomber sur le documentaire de Netflix et différents reportages", lit-on dans le communiqué.

"Il a été choqué d'apprendre les faits (au sujet de JMS). Sa famille a immédiatement fermé son magasin et coupera les liens avec l'église."

De nombreuses personnes, cependant, lui donnent toujours l'épaule froide, se demandant si des adeptes de longue date comme sa famille peuvent facilement quitter JMS. Ils doutent également que Kyoungyoon ― qui a précédemment révélé qu'il était chrétien ― ne savait rien des activités religieuses de sa famille.

Kim Do-hyeong, un militant anti-JMS présenté dans "In the Name of God" et professeur de mathématiques à l'Université de Dankook, a également lancé la bombe sur une émission de radio KBS, jeudi. Il a affirmé qu'un producteur de KBS et une traductrice qui apparaît fréquemment dans les programmes de KBS font également partie de JMS. Kim Do-hyeong acharné de démolir l'empire JMS depuis 30 ans malgré que les risques familiaux a initié le groupe 'Exodus JMS' http://antijms.net


Dans une interview avec "Issue & People" de YTN Radio le 14, le professeur Kim Do-hyung a déclaré : "Ce que Jung Myeong-seok disait habituellement était : « 'Mon objectif ultime était de faire de 10 000 filles, amants célestes grâce au salut sexuel.' En d'autres termes, il a lui-même déclaré que son objectif était d'agresser sexuellement 10 000 filles, et suite à l'observation du comportement de cette personne, je pense qu'il a peut-être dépassé son objectif car c'était une personne qui se consacrait aux agressions sexuelles. » il a dit. Le professeur Kim a poursuivi: "La personne qui a déposé une plainte maintenant ne deviendrait-elle pas une poignée de sable sur la plage de sable?" Cependant, a-t-il ajouté, "je pense qu'il est impossible pour un tiers de le comprendre parce que l'agression sexuelle elle-même est commise en secret."


Sous-titrage anglais : La coférence de presse avec Cho Sung Hyun | Netflix à Séoul en mars

"Je l'ai fait parce qu'il y a des victimes dans ma famille et parmi mes amis. La planification elle-même m'est apparue comme mon propre problème. Cela a pris deux ans à faire des interviews de plus de 200 victimes. Au lieu d'un traitement d'écran en mosaïque, je me suis senti le devoir de montrer chaque victime telle qu'elle était réellement, quel genre de dommage a été fait en détail. En tant que directeur de production, ce qui était plus difficile que la peur d'être poursuivi ou terrorisé pendant le processus de production était la perte fréquente de contact avec la victime le jour du tournage, et voilà les points terrifiant les sectes peuvent être."

Auparavant, il a été signalé que Cho Sung Hyun, le réalisateur du documentaire explosif In The Name of God : A Holy Betrayal, faisait face à des menaces de la part des adeptes des cultes présentés dans le documentaire.

Maintenant, Netflix intensifie ses efforts pour protéger son directeur. Lors d'une conférence de presse tenue le 10 mars, Netflix a pris des mesures supplémentaires pour protéger le réalisateur. Selon des informations, un représentant de Netflix a demandé qu'il y ait un contact minimal entre les personnes présentes à la conférence de presse et le réalisateur.

Le documentaire du réalisateur In The Name of God : A Holy Betrayal a choqué la nation lorsqu'il a révélé la dépravation et les activités criminelles des sectes en Corée.

Le public a été choqué d'apprendre que bon nombre de ces sectes sont toujours actives aujourd'hui, bon nombre de leurs membres appartenant à la plus haute société coréenne.

Parmi les églises protestantes coréennes, deux autres sectes aussi sont classés en danger en Corée : Shincheonji et Secte de Salut (Guwonpa).


La pratique religieuse peut servir de camouflage à la corruption. Le roman de François MAURIAC, 'La Pharisienne', a dévoilé l'hypocrisie de son époque.

Les cas d'harcèlement ou d'abus sexuels dans les Églises nous alertent sur la croyance aveugle et le mal chez les pratiquants.

(propos recueillis par l'équipe Ônomad)

820 vues0 commentaire
bottom of page