top of page
  • Photo du rédacteur.

Pachinko : L'acteur LEE MIN-HO fait sa première apparition en OTT dans la série originale Apple TV+


L'acteur LEE MIN-HO


La “star coréenne Hallyu” Lee Min-ho, est de retour.

Sur Apple TV + Original Series, Pachinko qui traite de l'histoire turbulente moderne et contemporaine de la Corée depuis la période coloniale japonaise, commence par un amour interdit puis dessine une chronique inoubliable.

La série est une adaptation en 8 épisodes du roman homonyme de Lee Min-jin (voir par ailleurs dans ce numéro) et raconte les espoirs et les rêves d'une famille d'immigrants coréens au Japon. Lee Min-ho joue Han-soo, un personnage séduisant qui dans sa jeunesse a complètement bouleversé la vie de Seon-ja. Au-delà de l'irrésisible charme fatal de Han-soo, l'acteur révèle avec élégance le complexe conflit intérieur entre ambition et amour.

Youn Yuh-jung, qui brille aux Oscars, joue la vieillesse de Seon-ja cinquante ans après qu'elle ait quitté Busan pour le Japon, Kim Min-ha, elle, est la jeune Seon-ja, et l'acteur coréen-américain Jin-ha interprète le petit-fils de Seon-ja, Salomon. Lee Min-ho déclare : « C'est la première fois en 13 ans après Boys Over Flowers que je passe par une audition. Mais j'avais lu le scénario, et j'ai voulu absolument jouer Han-soo. »


Trois épisodes sont sortis le 25 mars. Un nouvel épisode sera diffusé chaque vendredi jusqu'au 29 avril.



Quel genre de personnage est Han-soo ?

(interview avec Ha Eun-jung/sisajournal)

« C'est une personne qui a enduré des situations extrêmes dès son plus jeune âge, à travers les hauts et les bas de l'Histoire. Il finit par réussir sa vie dans un monde dur et cruel. Han-soo est un opportuniste qui reste fidèle à ses désirs. Pourtant il a bon cœur. D'incarner à la fois le bien et le mal le rend encore plus charmant. J'avais l'impression moi-même de ressentir la douleur et la souffrance qu'il éprouve. Une personne qui était un 'bon' absolu dans le processus de survie exprime l'absolu 'vivre comme le mal' voulu." Han-soo survit comme il peut. J'ai sympathisé avec lui, ça m'a fait mal, et j'en suis tombé amoureux. C'est une personne dont l'énergie elle-même a une longueur d'avance sur les autres. Une personne qui peut attaquer n'importe qui à tout moment et qui est prête à riposter à n'importe qui. Par ailleurs je tenais à ce que le sentiment émanant des apparences soit plus grossier que joli. L'histoire se passant dans les années 1930, j'ai fait attention au style. Plutôt que d'arborer les vêtements de l'époque, je les ai considérés comme une armure pour me défendre et m'exprimer fortement. J'ai essayé beaucoup de costumes, et à travers ce sourire, je pense être parvenu à exprimer les sentiments de Han-soo tout en dissimulant son identité. »



Le tournage a été réalisé à l'étranger avec une équipe étrangère, et la différence tient à l'échelle réaliste et au souci du détail. Pour le marché, c'était incroyable de le voir chaque matin être garni de poissons et de fruits de mers fraîchement pêchés. Bien sûr, il y a eu des moments difficiles. Et la routine répétée quotidiennement du dépistage du COVID-19. Mon emploi du temps était très chargé et je me sentais assez fatigué.

« Comme j'avais passé une audition pour la première fois en 13 ans, j'avais l'impression de recommencer à zéro. À mes débuts où j'éprouvais beaucoup de sentiments similaires. J'étais plus méfiant que jamais, je voulais exprimer mon jeu et mon personnage de façon sincère. » (par l'équipe Ônomad)


540 vues0 commentaire

Comentários


bottom of page