top of page
  • Photo du rédacteur.

Pai Un-soung 1990-1978. Un artiste moderne coréen en Europe sous de multiples perspectives


Par Hakim Lecheb

Un peintre occidental qui propage la culture traditionnelle coréenne et l'identité coréenne en Europe à travers la peinture.

La modernisation de l'art coréen inclut les Japonais de la période coloniale (1910-1945). L'art moderne coréen a été négativement reconnu comme «passif» et «épigone» de l'art occidental «déformé» par le Japon. Dans ces circonstances, Pai a été le premier peintre moderne coréen à avoir étudié la peinture occidentale «originale» en Europe plutôt qu'au Japon. Non seulement cela, il est aussi le seul à avoir travaillé en Europe pour 18 longues années avec des réalisations bien trop nombreuses pour les compter. Les diverses activités de Pai menées en Europe suggèrent les aspects actifs et internationaux de l'art moderne coréen en lien avec la situation politique, sociale et culturelle de la société européenne dans les années 1920 et 1930.


La dégradation de la situation intérieure et les interventions étrangères aboutissent, en 1895, à la mise sous tutelle nippone de la Corée, puis à son annexion en 1910. L’instauration de structures politiques du Japon bouleverse profondément la culture traditionnelle. Les universités japonaises accueillent nombre d’étudiants coréens.

Mais la corée coloniale du japon maintient les principes conservateurs d’origine chinoise. Le Nouveau Réalisme des artistes formés au Japon est l’un des rares courants majeurs des années 1940, suivi des mouvements qui opposent les réformateurs aux milieux conservateurs à Séoul. Le nouveau goût apparaît au début des années 1950, sous l’influence de l’expressionnisme abstrait américain.


Quelques rares créateurs, tel Pai Un-soung (1900-1978), parviennent, dès les années 1920, à partir étudier dans des écoles et facultés américaines, allemandes ou françaises avant la fin de la Seconde Guerre mondiale pour que l’art coréen connaisse un regain majeur d’activité, marqué par un rapide processus d’adaptation des vocabulaires artistiques internationaux.


Né à Myeongryun-dong, Jongno-gu, Séoul, Pai avait un motif unique d'étudier à l'étranger, en Allemagne. À l'âge de cinq ans, lorsqu'il a perdu son père et que sa vie de famille s'est détériorée, il a travaillé comme serveur au Kyungsung Middle School et, en même temps, allait au lycée. Un jour, un prodige de Séoul emmène Pai Unsoung dans son école. Après avoir rejoint le grand mouvement 3.1 (1er mars en 1919) et publié divers documents promotionnels anti-japonais et des journaux pour le soulèvement national, il a fui à Tokyo, au Japon, et a étudié l'économie pendant deux ans à l'université Waseda. Ce garçon pauvre a pu aller au Japon parce que fils de prodige. Mais bientôt, Baek Myung-gon, un garçon de faible constitution physique qu'il rencontre au Japon, va l'accompagner pour aller étudier à l'étranger.


Les deux jeunes gens arrivent à Berlin le 17 mars 1922 via le port de Marseille.

Cependant, Baek Myung-gon n'est pas en bonne santé, alors il retourne dans son pays d'origine tandis que Pai Unsoung, qui n'avait pas de frais de voyage, reste à Berlin et a du mal à gagner sa vie. Mais il arrive à entrer à l'université nationale des arts et commence à étudier l'art qu'il souhaitait connaitre. En fait, il voulait effectuer des recherches sur la crise économique mondiale, mais dès son arrivée en Europe, il a été très déçu par la société européenne, qui ne connaissait pas du tout la Corée. Il a dit plus tard à son ami allemand que c'était l'art européen qui lui a donné de l'espoir et l'a empêché de vite retourner au pays quand il en avait éprouvé fortement l'envie.


Avant d'étudier la peinture à l'université des arts de Berlin, Pai Un-soung a reçu en privé une instruction que lui dispensait Hugo Mieth (1865~?), un homme vieillissant qui avait un trouble de la parole, et qui a travaillé avec des peintres à Berlin tels que Billy Eckel, Binkelmann et Max Kutschmann (1871-1943). Il a appris la nudité et la gravure auprès de ces professeurs. Après deux échecs, il entre finalement à l'université des Beaux-Arts de Berlin en 1925 et reçoit des cours d'art à grande échelle. Dès le semestre d'été, il étudie la peinture auprès du professeur Ferdinand Spiegel (1879-1950), et devient finalement étudiant à plein temps dans une école d'art après avoir été reconnu par le professeur Spiegel.


On raconte qu'au début, il dessinait d'innombrables cartes postales. Autoportraits, traditions et coutumes coréennes sont mis sur des gravures sur bois. Pai Un-soung a appris que l'Europe était très différente du monde dont il rêvait et il était profondément déçu que les Européens n'aient aucune idée de son pays natal, la Corée. Heureusement, cependant, il a mis fin à son désespoir et a décidé de se lever en tant que publiciste culturel dans son pays d'origine.


Afin de promouvoir le bel aspect de la Corée, il a dessiné et écrit l'atmosphère de la Corée, et s'est consacré à la promotion des chansons et des danses coréennes. Ses efforts ont ensuite été publiés en 1950 par son ami Otto Runge sous la forme d'un livre intitulé “Learning Tells Us Traditional Korean Culture ''. Les œuvres d'e Pai Un-soung attirent l'attention dans divers endroits en Europe. Premier prix au Salon d'Automne de Paris en 1927, puis à l'Exposition internationale d'art de Varsovie en Pologne, en 1933, Pai est invité, la même année, à l'exposition de la galerie Kutret à Berlin, puis au Musée folklorique de Hambourg en 1935, et à une exposition privée à Prague en 1936.

















Baron Mitsui



Il est difficile de définir précisément la relation entre Mitsui et Un-soung Pai. Il est supposé que Mitsui a soutenu Pai sous la forme d'un patronage et comme collègue dans des collaborations culturelles. Selon le Dr Nora von Achenbach, directrice de la Musée d'Ethnologie de Hambourg, ce portrait de Takaharu Mitsui a été commandé par Mitsui lui-même (von Achenbach, 2011). On pense que Mitsui a soutenu Pai de plusieurs manières. Par exemple, Pai aurait produit des peintures pour la salle de réception de l'ambassade du Japon en Allemagne, à la demande de Mitsui (Frank, 1991). Les expositions personnelles de Pai organisées dans les pays d’Europe orientale semblent avoir été liées à Mitsui également. Mitsui est connu pour promouvoir les relations culturelles entre le Japon et les pays d'Europe de l'Est tels que la Pologne, la Hongrie et la république tchèque . Par conséquent, il a dû avoir de nombreuses relations qui auraient aidé Pai avec des lieux pour ses expositions personnelles.


Il a également reçu un prix honorifique à l'Exposition mondiale de la gravure sur bois à Varsovie, en Pologne. Ses activités vigoureuses pour exprimer et promouvoir la culture traditionnelle coréenne ont acquis une renommée dans de nombreuses régions d'Europe. En 1938, Pai Un-soung quitte Berlin. Le premier lieu de séjour sur le chemin du retour était Paris. Mais dès son arrivée dans la capitale française, éclate la Seconde Guerre mondiale.


À Paris, la Galerie Charpentier, reconnue comme étant l'une des trois meilleures galeries au monde, a acheté et possédé ses œuvres dans diverses galeries d'art, y compris des expositions privées. Lors de son séjour à Paris, le portrait du diplomate japonais "Baron Mitsui" peint par Pai Un-soung a été accroché au consulat du Japon à Paris. Cependant, Pai Un-soung n'a jamais retrouvé l'Europe, et son œuvre a disparu sans retourner en Corée. Une partie de ses réalisations a été retrouvée dans un marché aux puces à Paris vers 2000, et heureusement certaines des œuvres de Pai Un-soung ont également été rendues publiques lors de l'exposition au palais Deoksugung en 2001.


Aux J.O. de 1936, lors d'une manifestation contre l'effacement de la nationalité coloniale japonaise de l'athlète d'origine coréenne Sohn Kee-chung, Pai était correspondant local du Dong-A Ilbo. Après son retour en Corée, il a été critiqué en tant que pro-japonais, mais fut reconnu par l'université d'art coréenne. Il a été le premier doyen du Collège des Beaux-Arts de l'Université Hongik et en tant que juge pour la 1ère Exposition nationale. Pai se rend en Corée du Nord avec sa famille pendant la guerre de Corée (1950-53). Alors qu'il travaillait dans la politique nord-coréenne pendant un certain temps, il a été expulsé de Pyongyang en 1963 pour avoir contacté des “extraterrestres” (peintres étrangers). Il est mort seul, à Sinuiju, en Corée du Nord, en 1978.


Nous cherchons des oeuvres d'art nord-coréennes : nkoreacollection@gmail.com













25 vues0 commentaire
bottom of page