top of page
  • Photo du rédacteur.

CHANGER DE VIE - Citoyen DMZ -JANG Yeong-jin, le seul transfuge gay de Corée du Nord trouve l'amour


Le héros qui a rampé à travers DMZ en 1997



« Je ne pouvais même pas rêver ce que c'est que d'être gay en Corée du Nord »

Mr Jang Yeong-jin s’est enfui en Chine en 1996 mais il a été renvoyé en Corée du Nord. Il a de nouveau fui son pays en 1997, cette fois vers la Corée du Sud comme un véritable héros et a rampé à travers le DMZ où existe plein de mines, ce qui lui a finalement fait comprendre ce qui le tourmentait pendant tant d'années.

Il a été poussé à quitter le Nord par des difficultés d'y vivre en tant qu'homosexuel. Jang n'a jamais aimé sa femme. Tout au long de leur mariage, il s'est senti coupable et confus, honteux d'avoir, selon ses mots, « ruiné la vie d'une femme ». Jang n'a pas entendu le mot « homosexuel » pendant les 37 premières années de sa vie, disant qu'il n'avait aucune idée de ce que cela signifiait, ce qui n'est pas inhabituel dans sa Corée du Nord natale.


« Quand j'étais à l'Université de Pyongyang, je suis allé voir un neurologue, me demandant pourquoi j'étais si différent des autres. Mais dès que j'ai commencé à parler de mes sentiments, j'ai dû quitter le bureau en courant car le médecin a commencé à me crier dessus » Jang dit qu'il connaît d'autres personnes du Nord qui ont vécu la même expérience. « Je savais que je devais partir »


Jang Yeong-Jin à Séoul


Jang a dit qu'il pouvait supporter le manque de nourriture ou des vêtements limités du Nord, mais n'avoir rien à rêver le rendait misérable.


Il dit que le plus proche de son rêve était un ami d'enfance dont il réalisa plus tard qu'il était amoureux. Leur proximité d'enfance innocente s'est répandue jusqu'à l'âge adulte. Se tenir la main ou partager un lit n'était pas inhabituel, dit-il, car leurs deux femmes savaient qu'ils étaient proches.

« Un jour, mon ami est venu me voir », dit-il. « Cette nuit-là, j'ai quitté le lit de ma femme et je suis entré dans le sien, mon cœur battait si vite mais il dormait et je ne pouvais pas comprendre pourquoi je me sentais si blessé par lui »

« Je me suis levé, je suis sorti et j'ai vu une oie sauvage voler au-dessus de ma tête. Je savais alors que je devais partir »


Jang Yeong-Jin à Californie en 2020 - (photo : BBC News)


Jang a fui du Nord vers la Chine en 1996, où il a lutté pendant 13 mois pour trouver un moyen de se rendre en Corée du Sud. La Chine considère les Nord-Coréens comme des migrants économiques plutôt que comme des réfugiés ou des transfuges, s'ils sont arrêtés, ils sont généralement renvoyés pour être punis au Nord.

« Au Nord, l'homosexualité n'existe même pas en tant que concept »

L'homosexualité est interdite dans de nombreux pays et généralement les gens ne connaissent pas les raisons qui sont principalement liées aux opinions religieuses. Peut-être que tout le monde ne connaît pas le vocabulaire occidental, comme cela arrive souvent avec les demandeurs d'asile LGBTQIA de l'Afrique subsaharienne ou du sous-continent indien, mais ils ont une idée de ce qui les différencie.


Mr Jang a fait la une des journaux en 2015 après avoir publié un mémoire sur sa vie d'homosexuel en Corée du Nord.

Il a déclaré au Guardian que la nation asiatique recluse n'avait « aucun concept d’homosexualité » et qu'il n'y avait « aucune conscience » des problèmes LGBT+.

« Dans les sociétés ouvertes, les gens ont au moins une conscience de différentes sexualités, en Corée du Nord, il n'y a aucun espoir »


Il a déclaré que les hommes en Corée du Nord passent « beaucoup de temps dans l’armée ». Jang a lui-même accompli 10 ans de service national donc « les contacts physiques sont fréquents entre les personnes de même sexe », et les gens « éprouvent des liens émotionnels particuliers ».

« Cela ne veut pas dire que tous ces hommes sont homosexuels, mais plutôt qu’ils sont liés par une camaraderie spéciale », a déclaré Jang.

--------------------------


Il a rampé à travers DMZ en 1997


Il y a aussi une autre réalité : le gouvernements si intrusif et absolu qui peut même effacer tout concept qui peut être angoissant. C'est le cas de la Corée du Nord en tant que marque d'honneur rouge.

Le mémoire de Jang Yeong-jin sera bientôt publié. L'auteur, exilé à Séoul depuis vingt ans, a découvert son homosexualité à trente-sept ans, après avoir lu un article juste après son arrivée dans la capitale sud-coréenne. Il est le « seul transfuge gay » de la Corée du Nord à avoir épousé son petit ami américain après être tombé amoureux pendant le verrouillage provoqué par la COVID-19.

Jang, 62 ans, a rencontré le propriétaire du restaurant coréen-américain Min-su, un nom d'emprunt donné à l'homme dans l'article de la BBC, en 2020 sur un site de rencontres. Seulement quatre mois plus tard, il s'est envolé pour les États-Unis pour rencontrer Min-su, et Jang a déclaré à la BBC que le verrouillage donnait au couple la possibilité de se marier.



205 vues0 commentaire

Comentários


bottom of page