top of page
  • Photo du rédacteur.

Rythmes et Système Performant d'Apprentissage en Corée du Sud

Dernière mise à jour : 29 nov. 2019


Le Rythme Scolaire en Corée


Ce pays de la performance pousse les élèves dès l'école primaire à travailler énormément. Les résultats s'en ressentent dans les études internationales puisque que les écoliers sud-coréens sont les 3emes mondiaux pour les performances en mathématiques. En revanche, ils ne sont pas forcément heureux comme le cinéma populaire "Suneung" manifeste la phénomène de la société coréenne et la considération comme un événement nationale.


Les études à la coréenne, un système performant...

Depuis une quinzaine d'années, la Corée du Sud occupe le haut du classement Pisa, qui mesure les aptitudes des élèves de 15 ans en lecture, mathématiques et sciences. Et ce n'est pas étonnant. La course à la performance démarre dès l'école primaire avec le système des « hagwon », établissements privés de soutien scolaire qui accueillent les élèves de 18 à 22 heures. Les élèves travaillent parfois sans dormir en vue d'obtenir les meilleurs résultats au baccalauréat et d'entrer dans les meilleures universités. Un rythme acharné qui se poursuit à la fac.


Par contre, pour les étrangers la situation est totalement différente sans avoir la pression de leurs familles à l'étranger et les accueils sont chaleureux avec les sentiments différents. En agrandissant un réseau des amis coréens de l'esprit ouvert, visiter les sites de Dramas et des événements BTS Live, pratiquer les danses K-POP et vivre à la coréenne sont à la mode pour les jeunes cosmopolites..... Une expérience sensationnelle pour les jeunes motivés qui aiment les défis, le challenge, donc pour ceux qui sont prêt à faire des efforts pour être le meilleur .


Le cinéma coréen réputé «Suneung» de la réalisatrice Shin Su-won : Les lycéens coréens rivalisent de cruauté pour réussir leur examen Baccalauréat



Le titre du film fait référence à l’examen qui conditionne l’entrée des lycéens dans les meilleures universités… Et la pression peut faire mal…

Plus d'un demi-million d'étudiants en Corée du Sud passent un examen décisif dans le cadre de leurs études pour le Baccalauréat chaque fin d'année.


Les étudiants peuvent bavarder ou avoir tels stress sur les examens Baccalauréat ... mais entre les étudiants coréens, on ne badine pas.  Ce cinéma 'Suneung' évoque le contexte de compétition extrême entre lycéens lors de l’examen final (le Suneung du titre) qui conditionne l’entrée dans les meilleures universités. Humiliations, harcèlement, viol et meurtre; visiblement, certains sont prêts à même se suicider... Les meilleures notes d'école étaient toujours estimées et considérées comme la réussite sociale en Corée......

 

Une autre critique de Suneung est l'énorme fardeau sur le bien-être mental des étudiants. À l'échelle mondiale, le suicide est la deuxième cause de décès chez les jeunes, mais en Corée du Sud, il s'agit de la première cause de décès chez les jeunes âgés de 10 à 30 ans. Selon l’Organisation OCDE, le niveau de stress parmi les jeunes de 11 à 15 ans est le plus élevé de tous les pays du monde. Aujourd’hui, la Corée du Sud a le taux de suicide le plus important au monde chez les jeunes, devant le Japon. «La pression scolaire n’est pas étrangère à ce phénomène».

C’est la réalité et la phénomène terrible en Corée qui nous choque.


L'épreuve, une abréviation du CSAT (College Scholastic Ability Test) en coréen, est un marathon d'examens consécutifs de huit heures. 
Ces tests déterminent l'avenir des jeunes coréens notamment concernant les études universitaires. Cet examen affecte également leurs perspectives d'emploi, leurs revenus futurs (puisque les postes des grandes entreprises-conglomérats sont assurés par les diplômes d'universités de notoriété) et même leurs relations sentimentales. 

En novembre, les travaux de construction et les exercice militaires s'arrêtent et les sirènes de sapeurs-pompiers se calment ... les alcooliques de la nuit blanche diminuent..

De nombreux parents bouddhiste inquiets et soucieux pour l'avenir de leurs enfants passent la journée au temple bouddhiste ou à l'église chrétienne de leur quartier. Les prières sont parfois programmées pour correspondre au programme des examens. Les confucéens majoritaires ou toutes familles de Corée prient ensemble devant les tumulus de leurs ancêtres par un voyage organisé lors de la période de fête nationale Chusuk en septembre.


Les étudiants sud-coréens sont donc confrontés à un niveau de stress élevé dans le cadre du processus de candidature à l'université. 



Les Rythmes Scolaires d'Ecole Primaire


Combien de jours d’école Primaire par an ?

Il y a 220 jours de classe par an en primaire en Corée du Sud.  En France, c’est 162 jours par an avec la semaine de 4,5 jours. Quand on regarde leur semaine, elle fait 5,5 jours, puisque les élèves ont cours un samedi sur deux. Donc, une fois toutes les deux semaines, les enfants sud-coréens ont six jours de classe, du lundi au samedi.


Journées très remplies

Les écoliers en Corée commencent en moyenne les cours à 9 heures le matin dans le primaire et finissent à 14 heures ou 15 heures. Par la suite la journée se prolonge avec des activités et des cours particuliers supplémentaires avant ou après les cours. Résultat, dans les faits, les élèves du primaire commencent en général à 8h30 et terminent à 17 heures. Et nous ne parlons même pas des collégiens ou lycéens dont les cours particuliers se prolongent tard en soirée.


 

Système d'apprentissage Corée du Sud





Structure du système

Les enfants âgés de six à 15 ans sont obligés d'aller à l'école en Corée du Sud. Il y a six ans d'école primaire, trois ans de premier cycle et trois ans de deuxième cycle, soit scolaire, soit professionnel. La Corée du Sud offre gratuitement des écoles maternelles publiques d'une demi-journée (appelées écoles maternelles) aux enfants âgés de trois à cinq ans. Cela n'a été introduit qu'en 2012-13. Les parents peuvent également envoyer leurs enfants dans des écoles maternelles privées. La participation à l'éducation de la petite enfance est élevée, avec des taux de scolarisation supérieurs à 90% chez les enfants de trois, quatre et cinq ans. La plupart des élèves vont à l'école primaire locale.


Depuis les années 1970, la Corée du Sud a mis en place une politique de péréquation visant à réduire la concurrence pour l'admission dans les prestigieuses écoles secondaires. Les élèves des «zones d'égalisation» sont admis à l'école par tirage au sort. Ces zones couvrent tous les établissements du premier cycle du secondaire et environ 60% des établissements du deuxième cycle du secondaire. Dans ces régions, il n'y a pas d'examen d'entrée pour le premier cycle du secondaire et les examens d'entrée dans le deuxième cycle du secondaire sont des examens de compétences minimales plutôt que des examens compétitifs à l'école. Les étudiants qui répondent aux normes minimales des examens sont admis dans les écoles par tirage au sort. Certains parents ont perçu ces réformes comme un abaissement des normes.


Un ensemble d'écoles alternatives du deuxième cycle du secondaire - écoles spécialisées et écoles autonomes - s'est partiellement développé. Les écoles de spécialités se concentrent sur un domaine particulier, comme les langues étrangères, les sciences ou les arts, et les écoles autonomes adhèrent au programme national mais disposent d’une marge de manœuvre suffisante pour concevoir leur programme d’enseignement. Les deux types d’établissements fixent leurs propres critères d’entrée et sont généralement plus compétitifs que les autres établissements d’enseignement secondaire supérieur.

Quatre-vingt-quinze pour cent des élèves terminent le deuxième cycle de l'enseignement secondaire en Corée du Sud. Environ 80% de ces élèves fréquentent des établissements d'enseignement secondaire supérieur supérieur et environ 20% des établissements d'enseignement professionnel. Cela représente une baisse significative du pourcentage de la population étudiante dans les écoles professionnelles, environ 40% des étudiants ayant fréquenté une école professionnelle à la fin des années 1990.


Normes et cursus

Les écoles sud-coréennes suivent un programme national élaboré par le ministère de l'Éducation. Le programme national est révisé tous les cinq à dix ans. La dernière révision, introduite en 2015, est mise en place progressivement sur plusieurs années et sera pleinement mise en œuvre d'ici 2020. Le nouveau curriculum a ajouté six compétences clés générales ainsi que des compétences clés spécifiques à chaque domaine. Les compétences générales et spécifiques à une matière reflètent les compétences du 21e siècle; Par exemple, la pensée créative est une compétence générale, tandis que la capacité d'analyser et d'interpréter des documents historiques est une compétence spécifique à l'histoire. Les écoles ont également l’autonomie nécessaire pour ajouter du contenu au programme afin de répondre aux besoins spécifiques de leurs écoles. Le programme des écoles primaires et secondaires comprend également des activités d’apprentissage créatif par l’expérience (CEL), qui sont des activités pratiques telles que la participation à des clubs, le bénévolat et l’exploration de carrière. Une heure par semaine d’exploration de carrière est requise dans les établissements d’enseignement secondaire inférieur.

À l’école primaire, les élèves de première et de deuxième année reçoivent un enseignement en coréen et en mathématiques, ainsi que dans des matières appelées «Bonne vie», «Vie sage» et «Vie heureuse». Ces matières sont axées sur le passage à la vie comprennent les techniques d’étude de base, la résolution de problèmes, la créativité et l’apprentissage par le jeu. Science, études sociales / éducation morale, anglais, éducation physique, musique et arts sont ajoutés pour les années supérieures.

Au secondaire inférieur, les matières comprennent: la langue coréenne, les études sociales / éducation morale, les mathématiques, les sciences / technologies de l'information, l'éducation physique, l'anglais, la musique et les arts, ainsi que certains cours au choix. Les étudiants ont également un «semestre sans examen». Introduit en 2013, le semestre donne aux étudiants le temps chaque jour d'étudier soit un cours non traditionnel, soit de concevoir leur propre cours d'étude indépendant. Au cours de ce semestre, il n’existe pas d’examens traditionnels sur papier, même pour les cours ordinaires, afin de ne pas distraire des activités non traditionnelles.

Les matières obligatoires dans les lycées universitaires comprennent le coréen; mathématiques; Anglais; Histoire coréenne; études sociales; science; exploration scientifique et expériences; éducation physique; les arts; et cours optionnels comprenant la technologie, l'économie domestique, les caractères chinois, une deuxième langue étrangère et les arts libéraux. Les élèves des écoles professionnelles suivent environ 40% de matières générales et 60% de matières professionnelles, en plus des cours au choix.


La première année est un ensemble courant de cours théoriques, la deuxième année est une combinaison de cours théoriques et professionnels et la troisième année comprend des cours professionnels spécialisés.


La Corée du Sud modernise les écoles professionnelles en élaborant des normes nationales pour ces programmes et en s'associant à des secteurs industriels en croissance spécifiques, tels que l'ingénierie des semi-conducteurs, afin d'élaborer de nouveaux programmes pour ces industries. En Corée du Sud, une très forte proportion d’élèves fréquentent des foyers, des programmes de tutorat après les classes ou le week-end, parfois appelés «écoles cram». peuvent se permettre de payer les frais de scolarité pour ces écoles. Dans le cadre d'un effort visant à réduire le rôle des gardiennes, elles ont accru leur soutien aux activités parascolaires en milieu scolaire et au tutorat dans le but de proposer des solutions de remplacement. Ils ont également imposé des restrictions aux hagwons, telles que les heures de fonctionnement et les couvre-feux.


Bilan et Qualifications

Les élèves sont évalués à tous les niveaux en utilisant des tests en milieu scolaire, et non des évaluations nationales. Le cadre du curriculum national spécifie que l'évaluation en milieu scolaire doit être axée sur des tâches complexes, telles que des dissertations, plutôt que sur des questions à choix multiples.

La Corée du Sud dispose d'un système d'évaluation appelé évaluation nationale des résultats scolaires (NAEA). Chaque année, des tests en coréen, en mathématiques et en anglais sont administrés à tous les élèves de neuvième et de onzième année, et des tests en sciences et en sciences sociales sont administrés à un échantillon d'élèves de neuvième année. Ces tests ne sont pas signalés par chaque élève. Les résultats sont utilisés pour fournir un soutien supplémentaire aux écoles au besoin et pour informer les politiques au niveau du ministère.

Les étudiants des collèges universitaires ou des lycées professionnels qui souhaitent poursuivre leurs études au collège, à l’école polytechnique ou à l’université doivent passer un test de capacité d’enseignement scolaire (CSAT). Les étudiants qui veulent aller à l'université doivent très bien réussir sur le CSAT. Pour se préparer à ce test, la plupart des étudiants sud-coréens suivent des cours préparatoires en dehors de l’école, y compris des cours chez des hagwons et des prestataires de cours particuliers. Les réformes récentes, telles que la politique de simplification de l'entrée dans les universités de 2013, ont été axées sur l'élargissement de la gamme de critères pris en compte dans les admissions à l'université dans le cadre d'un effort visant à réduire la concentration sur le CSAT. En outre, la Corée du Sud a rendu le CSAT facultatif pour l’entrée dans certains pays.






836 vues0 commentaire

Comments


bottom of page