top of page
  • Photo du rédacteur.

SKYDOG Berlin. La statue de l'esclave sexuelle bénéficie du droit et de l'égalité morale de raconter

Dernière mise à jour : 6 nov. 2020


Les deux statues Ron Mueck 'dame avec shopping' et 'poulet - homme' évoquent-elles l'anti-violence humaine ?

Humaines jusqu'au bout des ongles, les créatures miniatures ou géantes créées par l'artiste australien Ron Mueck, à la Fondation Cartier, à Paris, sont d'un réalisme sidérant.


Ancien modéliste et marionnettiste pour la télévision et les films pour enfants, Ron Mueck crée des sculptures d'art depuis 1996. En utilisant de la résine, de la fibre de verre, du silicone et de nombreux autres matériaux, Mueck construit des ressemblances hyperréalistes d'êtres humains, tout en jouant avec échelle. Lors de ma visite à la Fondation Cartier, ces oeuvres m'ont rappelé l'anti-violance humaine, la violence de la réalité humaine. Cette question sociale cruelle a été révélée par les peintures réalistes de Gustave Courbet à la fin du 19e siècle contraire à la beauté idéale.




L'art contemporain reste un objet présenté au public et fait l'objet d'interprétation personnelle et de perception des spectateurs aux musées, espaces publics par excellence. Sans trace d'identité particulière, ces sculptures hyperréalistes sont le reflet de notre espèce humaine.


Nous vivons à l'ère numérique et nous sommes bombardés d'information par Internet, des informations sans aucune identité mais le digital est aussi un porte-parole sans paroles. Par-contre, les statues, objets d'art dans les espaces publics, nous donnent des paroles qui dopent l'immunité dans notre coeur et dans nos poumons pour garder un moral humain.

Le monde de l'art allemand a également mis l'accent sur la liberté d'expression artistique, une force nécessaire supplémentaire. Dans une déclaration du 12 octobre, l'Association des artistes de Berlin a souligné que «les œuvres d'art dans les travaux publics ne devraient pas être démolies sous la pression d'autres

gouvernements, cette fois-ci par le gouvernement japonais». Dans le monde académique, des membres du corps professoral de l'Université de la Liberté de Berlin, de l'Université de Tübingen et de l'Université de Leipzig ont participé à la campagne contre la démolition de cette statue, et tant dans la presse que dans le monde politique, ont critiqué la décision du Mitte Ward Office.

Dans un article du 13, le quotidien Berliner Chaitung a critiqué la logique du bureau du Mite Ward et fustigé son "Je ne prendrai pas parti dans le différend historique entre les pays", en déclarant : "Si telle est votre logique, le crime à l'ère coloniale de l'impérialisme et l'Holocauste (massacre nazi), nous ne devrions même pas nous souvenir de la construction du mur de Berlin.


Si le Mitte Ward Office ne comprend pas la liberté de l'art et la liberté d'expression de l'art, Berlin ne permettra-t-il pas la caricature sur la politique du chancelier allemand ? Les citoyens allemands ne tolèrent-ils plus l'humour anti-Trump sur les émissions TV et également la comédie de Canteloup sur Macron... ?



Une figure en bronze grandeur nature d'une jeune fille aux pieds nus, vêtue d'une robe traditionnelle coréenne à Berlin

'Femme de Réconfort'
Les Coréennes forcées d'offrir leur corps pour l'Armée japonaise pendant la Seconde Guerre mondiale.

Selon le Korea-Verband, la statue a été construite pour commémorer les 200 000 filles et femmes de 14 pays et régions, appelées «femmes de réconfort», et qui ont été sexuellement réduites en esclavage par l'armée japonaise pendant la Seconde Guerre mondiale. (Xinhwa)


Le bureau du district de Berlin, Mitte, a révoqué le permis pour la statue qui a provoqué un "conflit politiquement et historiquement chargé et complexe entre deux Etats," qui ne convenait pas pour être traité en Allemagne, a indiqué le bureau de district dans un communiqué.


Le Korea-Verband avait déposé une demande de protection juridique auprès du tribunal administratif, permettant à la statue de rester debout jusqu'à ce que «l'évaluation de base» du tribunal soit disponible.

"Nous profiterons de ce temps pour peser à nouveau en profondeur nos propres arguments ainsi que les arguments de tous les acteurs impliqués dans ce conflit complexe", a déclaré Stephan von Dassel, maire du district de Mitte.


Derrière l'Angleterre, la diaspora coréenne en Allemagne, forte de 32000 personnes et en pleine croissance, depuis des années, reste la deuxième en Europe occidentale. Les 5100 ressortissants et expats coréens du district Mitte de Berlin, avec un flux migratoire qui a débuté en 1963, sont-ils toujours étrangers et, donc, sans porte-parole local?

Eh bien, Berlin est considérée comme un modèle de ville de résilience en Europe par les expats de hautes compétences IT, Art, recherchers et technologies avancées...


Le journal allemand a également critiqué les faits historiques sur les femmes de réconfort de l'armée japonaise, déclarant: "À ce jour, le gouvernement japonais a refusé de discuter de la question de la responsabilité de guerre et de la violence sexuelle, et se décrit comme une victime à part entière". Janik Han, chef de la branche Mitegu du Parti social-démocrate, un axe du gouvernement de coalition de Berlin, a déclaré dans une interview accordée à Tageschaitong, le 13:

"La statue de la fille a apporté une contribution importante à la question de la violence sexuelle contre les femmes pendant la guerre."

La pression du gouvernement japonais et l'ordre de démolition émanant du lobby ont mis en évidence le problème des femmes de réconfort des militaires japonais, dans la société civile berlinoise, et ont même encouragé la mauvaise tentative du Japon de dissimuler le passé. Mitte Ward Office a fini par mettre en sursis la démolition de cette statue pour un délai d'un an. Berlin se concentre-t-elle sur une meilleure utilisation de ses meilleures armes pour exprimer librement l'art au lieu d'une réparation constante ?

*sources : Kyodo news, Xinhua, Asia Pacific)


* POUR TOUT LIRE EN PDF



SKYDOG BERLIN
.pdf
Télécharger PDF • 542KB


ENGLISH version

https://issuu.com/onomadclub/docs/skydog_20berlin_3denglish_20version



57 vues0 commentaire

Comments


bottom of page