top of page
  • Photo du rédacteur.

Ma première expérience culinaire Recettes de « tteokguk », la soupe du Nouvel An lunaire coréen

Dernière mise à jour : 27 janv. 2020


La soupe du Nouvel An dans l’amour de laquelle j’ai grandi. Le tteokguk est une soupe de gâteau de riz coréen traditionnellement consommée au petit déjeuner, le jour de l’an. écrit par A. Rina


Le « gyeran jjim », une crème aux œufs chaude cuite dans un bouillon piquant de crevettes fermentées, ou dans du jus de soja accompagné de JUK (bol de soupe de riz) est un petit-déjeuner typiquement corée et une baguette au fromage à la crème avec du jus d’orange est relativement tout simple dans la semaine de travail.


Il y a de nombreux plats coréens qu’on peut manger dans les quartiers K de Paris. Personnellement, je préfère le galbi jjim, ou les côtes de bœuf braisées au soja, que je mettrai en haut de la liste des aliments K. Et j’ai régulièrement soif de pressades de jjigae de kimchi fougueux avec du tofu, après un chou asiatique épicé qui a meilleur goût lorsqu’on utilise uniquement le kimchi le plus « puant » et le plus mûr. Mais en ce qui concerne le tteokguk, consommé au petit-déjeuner, le jour du Nouvel An, un seul bol suffit pour symboliser la chance et la prospérité.


Aucun aspect de cette soupe n’est particulièrement facile pour moi au début. Ragoût de boeuf à l’ail et au gingembre pour faire un bouillon. Les gâteaux de riz cuisent dans la soupe jusqu’à ce qu’ils deviennent moelleux et libèrent une partie de leur amidon, épaississant légèrement le liquide et le rendant trouble. Chaque famille coréenne a sa propre variante de la recette. Ma mère termine la nôtre avec quelques œufs battus jetés dans la casserole et un bol de Gim (feuille séchée d’algues) grillée, émiettée pour la garniture. Mais d’une manière ou d’une autre, lorsqu’elle est mangée collectivement, la somme est toujours en deçà de ses parties. Je me souviens avoir mangé docilement un bol de tteokguk le jour du Nouvel An, et avoir attendu assez longtemps jusqu’à ce qu’arrive le moment acceptable pour un deuxième petit-déjeuner, le petit-déjeuner dit “normal”, avec du Gyeran jjim ou une baguette au fromage à la crème.


Puis, récemment, j’ai repéré une recette de tteokguk dans notre numéro de vacances de mon ami Arang de ma professeure coréenne de piano. Je me suis immédiatement souvenu d’un sauté de calmars épicés et de nouilles udon que j’avais mangé à Séoul l’année dernière - un plat si bon que je m’y suis attardé à table pendant environ une heure, ne voulant pas qu’il se termine. J’avais une idée: je cuisinerais la recette de tteokguk de Arang pour ma famille. Après quoi, j’aurais une révélation de gâteau de riz et écrirais sur le processus. Si quelqu’un pouvait me convaincre d’aimer cette soupe, ou du moins lui donner une autre chance, c’était Arang.















J’ai présenté l’histoire à mon éditeur.

Alors un samedi, j’ai pris un bus pour un Hi-Mart dans un K-town de Paris 15e où j’ai pu rassembler tous mes ingrédients: un morceau de poitrine maigre ; un sac de gâteaux de riz frais (2.9 euros pour 500g) ; oignons verts, un radis coréen, du gingembre, de l’ail. Des cubes de poitrine de poulet bien dorés constituent la première étape d’une soupe au bouillon savoureuse.

Je me suis installé dans la cuisine de ma maison et je me suis mis à faire dorer profondément les cubes de poitrine, à râper l’ail, à écraser le gingembre. J’ai rempli la marmite d’eau et j’ai laissé tout mijoter pendant deux bonnes heures alors qu’un parfum dense et costaud remplissait la maison.

















Ce n’est pas la bonne couleur”, a dit ma mère en regardant dans le pot. «Trop brun foncé. Le bouillon de tteokguk doit être légèrement assaisonné avec des tranches de radis »

... “Tu vas assaisonner tout ça ?”, a demandé sa plus jeune fille en trempant une cuillère. “Parce que ça a un goût terrible pour le moment.”

Je les ai ignorés et j’ai continué à remuer, à effleurer, à goûter. Je savais que le bouillon était réussi quand il était riche et sombre, et la viande était si douce qu’elle se déchiquetait pratiquement quand je pressais dessus avec mon pouce. Il y avait aussi quelques gouttes de sauce de poisson, beaucoup de poivre noir du moulin et de fines tranches de radis coréen. Je n’ai jamais mangé de tteokguk avec des radis auparavant comme je n’aimais pas légumes, mais j’ai toujours aimé la façon dont leur chair molle cède une fois cuite, comme un navet bouilli ou une carotte. Les gâteaux de riz n’ont pris que quelques minutes pour cuire (la sagesse conventionnelle dit que s’ils flottent à la surface, la cuisson est terminée.)

J’ai fouetté quelques œufs et les ai cuits dans une poêle comme une crêpe que j’ai coupée en fines rubans jaunes. Arang suit la préparation traditionnelle des œufs pour ce plat, contrairement à la méthode de soupe aux œufs de ma mère. J’ai coupé quelques oignons verts. Ma mère a émietté quelques feuilles de nori, non incluses dans la recette de Arang.


Ces premières cuillères chaudes ne ressemblaient à aucun des tteokguk que j’ai goûtés auparavant, y compris le sien - le bouillon était salé, charnu et riche en umami de la sauce de poisson ; une douce chaleur gingivale persistait après chaque bouchée ; et les gâteaux de riz, que je n’avais jamais eu frais auparavant étaient dodus et mous.

Je prévois de refaire cela pour le petit-déjeuner du Nouvel An du Rat. Et bien que je ne puisse jamais choisir le tteokguk plutôt que, disons, les côtes courtes braisées au soja, cette année, je pourrais revenir en arrière quelques secondes.














tteokguk: Soupe au boeuf et gâteau de riz coréen


Les gâteaux de riz coréens peuvent être trouvés congelés ou emballés sous vide sur les marchés asiatiques. Ils sont délicieux dans les soupes mais aussi lorsqu’ils sont seulement saisis ou légèrement grillés. Le Nouvel An lunaire, un grand nombre des quelque 120 restaurants coréens des K-towns parisiens font du tteokguk pour l’événement du «Seollal», du 24 au 26 janvier de cette année. «Les Coréens en mangent traditionnellement pour accueillir le Nouvel An, et cela indique qu’on a vieilli d’un an et on espére s’améliorer avec une prospérité tout au long de l’année. La génération plus âgée affirme : «Si vous ne mangez pas votre tteokguk, vous ne deviendrez pas encore plus sage !» C’est une façon passive de s’assurer que vous avez votre bol. ». Cependant, sur les marchés alimentaires chinois, on peut trouver des tteokguk surgelés généralement bon marché, dont les ingrédients sont vraiment mélangés avec autre chose que du riz, un mélange d’ingrédients plutôt non adéquats ... Peu importe la façon dont vous les faites cuire, c’est trop dur et n’a pas le goût traditionnel coréen.



EPICERIES COREENNES


ACE Mart: 63, rue Ste. Anne, Paris 2e

HI Mart:71 Bis, rue St-Charles, Paris 15e

K-Mart : kmart@orange.fr

9 Rue du Colisée, Paris 8e / 8, rue Ste. Anne, Paris 2e

EURO Mart 17, Avenue Emile Zola, Paris 15e

HANA Mart 15, rue Letellier, Paris 15e

New Korea Town 17, rue des Moines, Paris 17e

DOKKEBI Mart 88 rue des Entrepreneurs, Paris 15e

Comptoir coréen (Maison de Corée à la cité universitaire)

17 Bd Jourdan, Cité Universitaire, Paris 14e

----------------------------------------------------------------

Kimchi 21 avenue Félix Faure, 69003 Lyon

Omija : 8 rue Boussairolles, 34000 Montpellier

* Boutique en ligne : amasia.fr /

kimchi-passion.fr / epicerie-coreenne.com

4 vues0 commentaire

Comments