top of page
  • Photo du rédacteur.

-Opinion- Lettre ouverte à M. Emmanuel MACRON, Président de la République. Par Georges Arsenijevic

Dernière mise à jour : 4 sept. 2023


Georges Arsenijevic à maniquerville, normandie, ancien responsable du centre culturel coréen paris 1986-2023


Lettre verte à M. Emmanuel MACRON, président de la République, transmise aux principaux organes de presse français, ainsi qu’aux principales radios et chaînes de

télévision

Maniquerville, le 8 juillet 2023




Monsieur,

Dans cette situation de chaos et de barbarie sans précédent que vient de connaître notre

pays, je tiens à vous dire que je suis, comme je crois la grande majorité des Français,

révulsé par la lâcheté absolue dont vous avez fait preuve face à la sauvagerie débridée

d’une minorité de voyous qui mettent à sac des quartiers entiers, brûlent voitures et

autobus... et terrorisent impunément des millions de nos concitoyens. Des millions de

gens, et parmi les plus pauvres (qui n’ont pas la chance d’être logés à l’Elysée...) que

notre soi-disant démocratie devrait en principe protéger et qui subissent une violence

inouïe. Une violence qui monte crescendo avec des néo-barbares (benoîtement appelés

par certains « jeunes des quartiers »), qui ne se contentent plus seulement d’incendier

voitures, autobus et tramways, mais s’en prennent maintenant aux maisons des élus, aux

immeubles, et visent même les gens ordinaires sur leurs balcons avec des mortiers

d’artifice !


Par pure lâcheté et afin d’éviter quelques morts éventuels qui auraient pu entacher votre

mandat, vous avez en fait accepté de sacrifier pendant plusieurs jours toute une partie de

nos compatriotes (l’immense majorité des gens qui vivent dans les quartiers les plus

pauvres et nos commerçants qui n’en peuvent plus) et de livrer sans vergogne nos forces

de l’ordre aux tirs et attaques de hordes de sauvages sans leur donner, comme

d’habitude, les ordres qui leur permettraient de répliquer proportionnellement, de rétablir la

situation et d’empêcher les pillages. Ainsi, nos policiers sont en quelque sorte des victimes

expiatoires sur lesquelles les racailles se défoulent tous les soirs tout en sachant qu’elles

ne risquent rien ou pas grand-chose. Par ailleurs, en plus de mettre leur vie en danger

tous les jours sans pouvoir réellement se défendre, ils doivent supporter

psychologiquement le feu nourri des critiques abjectes et injustes émanant d’une partie de

la classe politique et des médias qui les accusent de racisme.


Pour ce qui vous concerne, à l’absence totale de courage, vous ajoutez l’hypocrisie de

feindre de croire que la mort du jeune délinquant de Nanterre est à l’origine des troubles

actuels. Alors que tout le monde sait que les attaques de policiers, les destructions de

voitures, d’autobus et de matériel urbain, ainsi que les agressions et pillages, se

produisent depuis des années et sont devenus monnaie courante non seulement lors de

manifestations mais aussi à l’occasion de tout attroupement de foule : matchs de foot,

fêtes populaires, etc. Cela, tous les gens de ce pays, sauf ceux qui sont aveuglés par

l’idéologie, l’ont compris depuis longtemps ; mais, une fois de plus, par pure lâcheté, pour

ne pas avoir à donner et à assumer l’ordre de mettre au pas une minorité de barbares,

vous préférez détourner le regard de la réalité et éluder une question pourtant devenue

vitale pour la France.


- le policier auteur du tir mortel contre Nahel nie avoir prononcé la phrase «tu vas prendre une balle dans la tête», selon les premiers éléments du réquisitoire formulé par le parquet de Versailles, le 5 juillet -



Votre insistance sur la faute commise par le policier, avant même

que l’enquête sur son acte n’ait commencé, est à ce titre typique : indécente et indigne.

D’ailleurs, vous avez, comme tout un chacun, pu constater que la mise en examen

immédiate du policier auteur du tir mortel n’a eu absolument aucun effet sur les actes de

barbarie qui ont continué à se produire durant plusieurs jours après qu’il fut mis en

détention.


La France a ainsi connu une situation de chaos et de violence sans précédent

dont vous êtes directement responsable et qui n’aurait jamais pris une telle ampleur si

vous aviez permis à nos policiers de répliquer efficacement d’emblée et de faire savoir aux

délinquants que force doit rester à la loi.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


Aujourd’hui, 5000 voitures brûlées et 1 milliard de dégâts plus tard, vous nous déclarez vous interroger et vouloir réfléchir sur la situation…On en rirait s’il ne s’agissait pas de la France et de la souffrance infligée à nos compatriotes....


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


Monsieur le président,

nous sommes nombreux dans ce pays à trouver que vous

réfléchissez beaucoup trop !

Surtout qu’il s’agit de problèmes qui sont loin d’être nouveaux

– même s’ils se sont considérablement aggravés sous votre mandat –

et qui ont déjà fait l’objet d’une pléthore de constats et analyses pertinentes réalisés par moults

éminents experts.


Alors, au lieu de nous enfumer encore avec une énième manœuvre dilatoire, nous

préférerions de loin que vous agissiez concrètement… Car c’est quand même un peu ça

qu’on attend de vous et de votre gouvernement dont quasiment aucun Français ne peut

dire qu’il a contribué le quart du tiers à l’amélioration de sa vie quotidienne. En effet,

depuis que vous êtes à la tête de l’État, les choses se sont nettement dégradées en

France et cela à peu près dans tous les domaines : insécurité sans précédent, justice

déficiente, immigration incontrôlée et de plus en plus massive, système éducatif inefficace

et ayant oublié sa principale mission, fermetures d’hôpitaux et engorgement des urgences

(un de mes amis a attendu 9 h pour être pris en charge à l’hôpital Pompidou après un AVC

!), manque de médecins en régions, coût de l’énergie devenu prohibitif, inflation galopante,

perte d’autorité et décrédibilisation de l’État, politique de sanctions contre la Russie qui

s’avère catastrophiquement auto-punitive et sans effet…La liste complète serait longue

comme le bras


Bref, vous me faites penser à l’entraîneur d’une équipe de foot qui vient de prendre 5 / 0 et

qui, en plus, ose soutenir sérieusement et avec arrogance que, sans son action, ça aurait

pu être pire… Sachez, si vos conseillers-courtisans n’osent pas vous le dire, que la

plupart des gens qui voient leur niveau de vie et la situation de la France se dégrader,

trouvent ça insupportable et, vu l’antipathie que vous suscitez, il ne faut pas vous étonner

de recevoir des baffes dès que vous vous approchez d’un peu trop près des Français de

base – c’est bien sûr primaire mais c’est compréhensible...



(photo : clément mahoudeau)


Pour en revenir à la situation actuelle, sur laquelle vous vous interrogez apparemment

beaucoup... je me permets de vous faire quelques suggestions susceptibles d’alimenter et

hâter votre réflexion :


1) Réprimer sévèrement les néo-barbares, incendiaires, pilleurs et autres agresseurs de

policiers et pompiers, avec mandat de dépôt systématique, jugement rapide et sanction

exemplaire.


2) Dénoncer clairement les prises de position suicidaires du syndicat de la magistrature et

appeler les juges à un sursaut de bon sens, en les exhortant à appliquer vraiment la loi et

les textes existants.


3) Repenser totalement notre système éducatif et rétablir des cours d’instruction civique,

de morale. Sensibiliser les enfants, plutôt qu’aux questions du genre, aux notions de bien

public et d’intérêt général.


4) Arrêter de déconstruire à tout va la famille, de miner l’image du père et son autorité.


5) Rétablir un service militaire populaire, ou un service civique obligatoire qui contribue au

brassage social, encadre les jeunes et les contraigne à respecter une certaine discipline,

les habitue à se lever tôt, à respecter autrui, à parler correctement, etc.


6) Tout en menant une politique de tolérance zéro envers voyous et dealers, et en

construisant de nouvelles prisons pour les y mettre (ainsi que des prisons réservées aux

seuls primodélinquants), tout faire pour donner un maximum de chances aux jeunes des

cités qui eux respectent la loi et veulent s’en sortir. L’État pourrait ainsi, par exemple,

accorder des avantages substantiels aux entreprises qui acceptent de s’installer dans les

quartiers difficiles et d’embaucher des locaux, et les exempter intégralement de charges

pendant 5 ou 6 ans. Et, compte tenu de ce que nous ont coûté ces émeutes, qu’on ne

vienne pas nous opposer le coût d’une telle mesure !


Vous voyez, Monsieur le président,

que même les Français de base – qui ne sont pas

forcément énarques mais qui ont du bon sens – pourraient vous donner quelques

conseils judicieux, si seulement vous pouviez être un peu moins suffisant et plus à l’écoute

de la réalité de notre pays. Car à force de détourner le regard de celle-ci, de reculer

depuis une quarantaine d’années devant les voyous et de subventionner les cités pour

acheter la paix sociale, on en est arrivé à une situation dramatique où les racailles n’ont

plus peur de rien ni de personne, ni de la police, ni de la justice, ni de vos postures

martiales de petit coq qui font désormais rire tout le monde.


Parce que vous avez, à force de pérorer sans que jamais rien ne change, perdu toute

crédibilité et le respect qui va avec. Je crois même que, d’aussi loin qu’il m’en souvienne,

la France n’a jamais connu un président de la République aussi bon phraseur et

commentateur mais ...« en même temps »... aussi lamentablement pusillanime dès qu’il

faut agir et faire preuve de fermeté. Plus généralement, jamais autant que sous vos deux

mandats, le décalage entre la parole des gouvernants et leur action n’a été aussi abyssal.


Ainsi, on a, ces dernières années, vraiment l’impression que la France est dirigée par une escouade de commentateurs-perroquets, qui sont sans cesse dans l’incantation et le déclaratif, nous abreuvant jusqu’à la nausée toujours de mêmes adjectifs emphatiques : inadmissible, intolérable, inacceptable, inqualifiable…

Mais sans que jamais, après leurs belles déclarations de principe, on ne voie venir le quart du tiers d’une mesure réellement concrète et efficace, de nature à améliorer le quotidien des gens. Ce niveau d’inefficacité – dans tous les domaines, sauf dans celui de la réforme des retraites que vous avez

imposée envers et contre tous...– est absolument fascinant et contraste de façon tragi- comique avec votre attitude de « premier de la classe convaincu de sa haute valeur » alors que le pays s’enlise de plus en plus et que votre gouvernement n’est même pas capable de faire respecter, par les cyclistes et autres trottinettistes, les feux rouges dans nos villes...


C’est en matière de sécurité que votre impuissance totale s’avère la plus flagrante, comme

les Français ont pu le constater ces derniers jours. Ainsi, après l’agression contre la

maison du maire de l’Haÿ-les-Roses, Mme Borne nous a encore fait rire en annonçant le

renforcement des peines pour les agresseurs d’élus. Comme d’habitude, le gouvernement

est toujours dans la posture démago et la communication ; il s’agit surtout de montrer au

petit peuple qu’on ne reste pas sans rien faire. Mais vous ne faites qu’irriter les gens et

vous rendre ridicules, car la plupart des Français savent bien que les lois existantes sont

amplement suffisantes si seulement elles étaient appliquées !!


D’ailleurs, le jeune délinquant de Nanterre serait probablement vivant aujourd’hui si son

premier refus d’obtempérer avait été vraiment sanctionné. Au lieu de cela, on a renforcé

son sentiment d’impunité, ce qui l’a forcément encouragé à aller toujours plus

loin…jusqu’à sa fin tragique.

Le laxisme en matière de politique pénale, la volonté d’adoucir et de diminuer à tout prix la

sanction, les travaux d’intérêt général peu coercitifs et autres rappels à la loi qui font

marrer les voyous – dont la psychologie vous échappe complètement –, sont en fait

pédagogiquement catastrophiques et engendrent des effets socialement délétères qui

nous explosent actuellement à la figure et dont sont victimes, en premier lieu, les Français

les plus pauvres des quartiers difficiles.


Dans la grave situation que connaît actuellement la France, au vu de vos résultats

exécrables et de la détestation que vous suscitez dans tout le pays, un homme d’honneur

comme de Gaulle, s’il avait été à votre place, aurait déjà démissionné ou organisé un

référendum pour questionner le peuple et voir s’il veut toujours de lui. Mais vous ne ferez

certainement ni l’un ni l’autre… Il est vrai que de Gaulle était un grand homme doté d’un

sens aigu de l’État et de l’intérêt général. Alors que vous n’êtes qu’un petit politicien

démago, certes habile mais sans envergure.


Avec mes salutations distinguées




Auteur : Georges Arsenijevic,

à maniquerville, normandie

responsable du centre culturel coréen paris (1986-2023)

227 vues0 commentaire

Comentários


bottom of page