top of page
  • Photo du rédacteur.

VENT D’IMMIGRATION Yinka Shonibare

"Je pensais aux métaphores de la migration, en explorant le voyage et la colonisation"

Quelle que soit la façon dont vous vous déplacez dans le monde, note Yinka Shonibare, que vous preniez l’avion ou que vous alliez en bateau, il y a toujours un vent en jeu». Riche en métaphore et en sous-texte, le travail de Shonibare s'intéresse principalement aux thèmes de la migration, de la diaspora et des héritages de l'empire.



À moins d'un mile de The Lanesborough à Londres, à Howick Place, Victoria, se dresse l'une des frappantes “Sculptures de Vent” de Yinka Shonibare MBE, une œuvre de sept mètres de haut qui a l'apparence d'une longueur de tissu aux motifs exubérants et aux couleurs vives, soufflée par le vent. Une autre œuvre similaire se trouve à l'extérieur du Smithsonian National Museum of African Art à Washington, DC. Et d'autres de la même série ont été temporairement installées dans Central Park à New York et Ndubuisi Kanu Park au Lagos, où l'artiste nigéro-britannique a passé la majeure partie de son enfance.  Ostensiblement abstraites, les sculptures du vent de Shonibare combinent de nombreux thèmes qui définissent sa pratique.


Les raisons variées et parfois déroutantes de la mobilité et de la migration mondiales sont bien connues. Selon la Déclaration de New York de l'Assemblée générale des Nations Unies pour les réfugiés et les migrants du 19 septembre 2016 :


 "Depuis les temps les plus reculés, l'humanité est en mouvement. Certaines personnes se déplacent à la recherche de nouvelles opportunités et de nouveaux horizons économiques. D'autres se déplacent pour fuir les conflits armés, la pauvreté, l'insécurité alimentaire, la persécution, le terrorisme ou les violations des droits

de l'homme. D'autres encore le font donc en réponse aux effets néfastes du changement climatique, des catastrophes naturelles (dont

certaines peuvent être liées au changement climatique) ou d'autres















facteurs environnementaux. Beaucoup se déplacent, en effet, pour une combinaison de ces raisons."


VENT EN SCULPTURE


Le mouvement des personnes dépendait du vent pour alimenter les voiles, des navires.  "Le vent a joué un rôle énorme", dit-il, citant le terme "alizés" pour les courants d'air de l'est qu’on trouve dans les tropiques et qui ont permis et stimulé l'expansion coloniale. Mais, comme il l'a dit au New York Times en 2009, " je ne produis pas un art de propagande. Je m'intéresse plus à la poétique qu'à la didactique". 
Il y a aussi des contradictions inhérentes aux matériaux utilisés dans ces œuvres « graciles » : son vent en sculptures peut suggérer la légèreté, mais chacun est soutenu par une armature en acier lourde sur laquelle une fonte en résine de fibre de verre a été montée. Leur décoration de surface peinte à la main, cependant, évoque les tissus aux couleurs vives et aux motifs denses qui sont devenus associés à la robe ouest-africaine et "l'identité des gens d'Afrique et de la diaspora africaine", explique-t-il. En fait, ces imprimés ne sont pas du tout "authentiquement africains". Ils sont plutôt dérivés du batik javanais, dessins que les Néerlandais ont importés d'Indonésie aux Pays-Bas, où ils ont commencé à produire en masse des cotons imprimés pour les vendre aux pays africains. 

En bref, c'est une "très bonne métaphore pour les routes commerciales, pour le mouvement des personnes et les connexions et relations mondiales”. Pour l'existence contemporaine, si vous voulez, et une manière aussi de "rendre en apesanteur quelque chose de lourd". 

À un certain niveau, vous pouvez les apprécier en tant que "sculptures dynamiques".  Mais il est tout aussi important de « comprendre les origines des tissus et ma motivation pour les rendre, à la fois historiques car ils se rapportent à ma propre identité, et pour qu’ils assument une multiplicité de significations. » 



Yinka utilise toujours un fauteuil roulant. Cependant, avec le temps, il est retourné à l'école d'art : d'abord Byam Shaw, puis Goldsmiths, le creuset de BritArt, où il a obtenu son diplôme de maîtrise, et chevauché avec les goûts de Damien Hirst, bien qu'il ne faisait pas partie du groupe.

Avec quelques années de plus que la génération des jeunes artistes britanniques, Shonibare a néanmoins attiré sa vague. Charles Saatchi a été parmi les premiers à acheter ses œuvres. 

“Nous sommes tous humains. Je me considère comme un humaniste. J'essaie d'éviter de me faire pigeonner. La danse, en particulier la chorégraphie contemporaine, reste une autre passion”. Yinka a collaboré à deux reprises avec le Royal Opera House de Londres: d'abord, sur une vidéo, « Odile et Odette », inspirée par le double rôle des swans blancs et noirs joué par la ballerine principale de Swan Lake, puis sur une sculpture réalisée à partir d’une photographie de Margot Fonteyn dans le même rôle, son tutu de style batik refait en coton, avec un globe à la place d'une tête.


Son œuvre la plus connue, par exemple, est ‘Nelson's Ship in a Bottle’ réalisée à l’échelle 1/50, pour le quatrième socle de Trafalgar Square, à Londres, en 2010. Installée aujourd’hui à l'extérieur du National Maritime Museum de Greenwich, l'un des musées royaux de Londres, elle est la réplique du HMS Victory, le navire à partir duquel l'amiral Loed Nelson a commandé la flotte britannique lors de la bataille de Trafalgar en 1805. Mise dans une bouteille en verre géante, le HMS comporte 37 voiles fabriquées à partir de tissus imprimés "africains" appartenant à Shonibare lui-même. Bien avant cette réalisation, Shonibare avait été honorée par la Reine pour ses "services rendus à l'art". Après avoir reçu la médaille qui dénote l'appartenance au "Plus Excellent Ordre de l'Empire Britannique", qui autorise les destinataires à ajouter les lettres MBE à leur nom de famille, Shonibare a incorporé ces trois lettres à son nom professionnel. «Beaucoup de mes amis m’ont dit :« Vous savez, vous ne devriez pas l'accepter », à cause des connotations et des horreurs commises par l'Empire. » 


Yinka a également été élu à la Royal Academy, et l'été dernier, son œuvre est apparue sur un timbre de la Royal Mail. Les œuvres de Shonibare font également souvent allusion à des peintures et des sculptures bien connues du canon occidental: la Vénus de Médicis grecque antique dans les Offices à Florence, par exemple ;  La Cène, de Léonard de Vinci ;  La Méduse, du Caravage ;  La balançoire, de Fragonard ;  M. et Mme Andrews, de Gainsborough ...


par K. Yung




Les raisons variées et parfois déroutantes de la mobilité et de la migration mondiales sont bien connues. Selon la Déclaration de New York de l'Assemblée générale des Nations Unies pour les réfugiés et les migrants du 19 septembre 2016 :  "Depuis les temps les plus reculés, l'humanité est en mouvement. Certaines personnes se déplacent à la recherche de nouvelles opportunités et de nouveaux horizons économiques. D'autres se déplacent pour fuir les conflits armés, la pauvreté, l'insécurité alimentaire, la persécution, le terrorisme ou les violations des droits de l'homme. D'autres encore le font donc en réponse aux effets néfastes du changement climatique, des catastrophes naturelles (dont certaines peuvent être liées au changement climatique) ou d'autres facteurs environnementaux. Beaucoup se déplacent, en effet, pour une combinaison de ces raisons."

Si une grande partie du débat académique et politique sur la mobilité et la migration s'est concentrée, à juste titre, sur les aspects négatifs du mouvement humain, en particulier la migration irrégulière et / ou forcée, il est crucial de reconnaître les avantages significatifs que la mobilité et la migration apportent. Selon Louise Arbour, Représentante spéciale des Nations Unies pour les migrations internationales, "la migration est une histoire extrêmement positive". Elle le note : "Le réseau d'interactions entre les communautés d'accueil, les migrants et les lieux d'où ils voyagent est d'une grande richesse économique, sociale et culturelle ... il est important de considérer comment la migration peut faciliter le développement et améliorer les opportunités pour tous."

Ce rapport cherche à se concentrer sur les aspects positifs de la mobilité et de la migration et à considérer l'impact de ces processus sur le grand défi collectif de notre temps, à savoir la réalisation des objectifs de développement durable de l'ONU.



22 vues0 commentaire
bottom of page